Selon la Banque mondiale, le niveau de pauvreté a baissé de plus de 10% aux Comores

Les conditions de vie dans les ménages comoriens se sont améliorées et les niveaux de pauvreté ont chuté de plus de 10% depuis 2004 dans les zones rurales et urbaines, montre l’évaluation de la pauvreté de la Banque mondiale publiée aujourd’hui.

La pauvreté multidimensionnelle a également diminué de manière significative parallèlement à l’amélioration des conditions de vie. Le rapport souligne toutefois l’incertitude qui entoure la capacité de soutenir ces progrès, en raison des inégalités importantes, en particulier entre les ménages ruraux et urbains. Le manque persistant d’accès aux services et à la propriété est particulièrement notable.

« Le principal défi à relever à cet égard est de soutenir les progrès réalisés ces dernières années, conformément au plan d’action prioritaire issu de la stratégie de croissance accélérée et de développement durable. Les Comores sont aux prises avec une myriade de défis macroéconomiques et budgétaires susceptibles d’exacerber les pressions budgétaires et de compromettre la capacité du gouvernement à fournir des services sociaux « , a déclaré Nadia Belhaj Hassine Belghith, économiste principale et co-auteur du rapport. les recettes fiscales et les dépenses publiques importantes créent des pressions budgétaires considérables.  »

S’appuyant sur l’analyse des deux dernières séries d’enquêtes auprès des ménages, ce rapport montre que le pourcentage de la population éprouvée dans environ un tiers des indicateurs de bien-être tels que la consommation, l’accès aux biens et aux services de base et le logement de 85% en 2004 à 75% en 2014.

Les politiques de développement aux Comores conçues pour augmenter les dépenses d’éducation et de santé, ainsi que le soutien croissant de la diaspora grâce aux envois de fonds qui représentent environ 25% du PIB, ont contribué à améliorer les conditions de vie dans le pays et à réduire la pauvreté.

Il y a également eu des développements positifs en ce qui concerne la mobilité intergénérationnelle de la main-d’œuvre. Les jeunes hommes et femmes choisissent de plus en plus de travailler dans des secteurs plus productifs que ceux de leurs parents. Les conditions de vie dans les ménages se sont donc améliorées, en grande partie grâce à des niveaux d’éducation plus élevés et à un meilleur accès aux moyens de communication et de transport.

Le rapport fournit également des conseils stratégiques pour accélérer la croissance économique et réduire la pauvreté aux Comores, notamment en tirant parti des atouts du pays et de ses avantages comparatifs latents pour créer des emplois plus productifs, promouvoir une économie plus diversifiée, compétitive et formelle. les gains tirés de la migration et des envois de fonds.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *