Service civil et tourisme en France

Les différentes industries de services ou tertiaires en France représentent environ les deux tiers de l’emploi et du PIB du pays. Ces niveaux ont été atteints après une longue période de croissance soutenue, notamment depuis les années 1960. Ce secteur couvre un large éventail d’activités, y compris les services sociaux et administratifs, tels que les administrations locales, la santé et l’éducation; services de vente en gros, de distribution, de transport et de communication; les services aux consommateurs, tels que la vente au détail et les métiers de l’hôtellerie et de la restauration; et les services aux producteurs ou aux entreprises, y compris les services bancaires, financiers, juridiques, de publicité, d’informatique et de traitement de données.

Toutes les activités tertiaires ne se sont pas développées de la même manière. Par exemple, la rationalisation du secteur des services bancaires et financiers a limité la création d’emplois. Inversement, la forte croissance — depuis le début des années 1970— des hypermarchés et d’autres grands points de vente indépendants permettant l’achat en gros et d’une plus grande variété de produits a entraîné une augmentation significative de l’emploi connexe. En particulier, le grand groupe de producteurs des services s’est développé rapidement. Cette tendance est en partie la conséquence inévitable de la nature de plus en plus complexe et hautement compétitive de l’économie moderne. Il résulte également des stratégies d’externalisation des entreprises pour des raisons d’efficacité et de réduction des coûts.

Les activités tertiaires se situent principalement dans les zones urbaines, en particulier dans les grandes villes. Cette concentration est particulièrement évidente dans la capitale. La région Île-de-France ( région parisienne) représente à elle seule près du quart de l’emploi total dans le tertiaire, alors qu’elle a moins d’un cinquième de la population. A Paris, le secteur revêt une importance tant qualitative que quantitative. Paris abrite plus des deux tiers des sièges sociaux des principales entreprises du pays et une part disproportionnée de cadres supérieurs et de personnel de recherche. Cet attrait pour la capitale est influencé par un certain nombre de facteurs, notamment la taille et la diversité du marché du travail, le niveau élevé d’accessibilité aux autres centres d’affaires français et internationaux, le prestige et la présence de nombreux services spécialisés.

Service civil

Les groupes d’employés les plus importants sont ceux de l’éducation nationale et du système postal . Comme dans le système judiciaire , l’administration française a été fortement marquée par une stricte hiérarchie depuis l’époque de Napoléon. Les fonctionnaires sont regroupés dans différents corps et grades et sont classés en quatre catégories selon leur niveau de recrutement. L’entrée se fait par concours. Au plus haut niveau, les fonctionnaires de catégorie A sont recrutés par l’intermédiaire d’une école nationale d’administration créée en 1945, qui donne accès aux grands corps de l’État , notamment la Cour des comptes, l’Inspection des finances, le Corps préfectoral, le service diplomatique et le corps des administrateurs civils. Les devoirs et les droits des fonctionnaires sont définis dans un statut général de 1946, qui a été partiellement modifié en 1959. Les garanties de carrière et le code disciplinaire sont nombreux et protégés par le Conseil d’État. En retour, les fonctionnaires sont tenus de faire preuve de discrétion lorsqu’ils expriment leurs opinions personnelles et le droit de grève, reconnu par la Constitution à tous les citoyens français, est sévèrement limité pour eux, bien que cela varie selon les corps. La plupart des fonctionnaires appartiennent à des syndicats.

Tourisme

Avec la variété des paysages et des conditions climatiques de la France, sa diversité culturelle et sa cuisine renommée, il n’est pas surprenant que le tourisme soit devenu une industrie majeure. Directement et indirectement, cette activité emploie environ 10% de la population active et contribue à environ 9% du PIB. Elle procure aux entreprises françaises un revenu substantiel provenant de visiteurs étrangers et compense largement les dépenses des touristes français à l’étranger. La France est l’une des principales destinations touristiques au monde, visitée chaque année par près de 70 millions de touristes étrangers à la fin du XXe siècle.

L’industrie touristique a connu une croissance rapide depuis les années 1960. De plus en plus de familles françaises prennent des vacances chaque année, encouragées par une plus grande richesse, une plus grande période de loisirs et, depuis 1982, cinq semaines de congés payés. En réponse à cette augmentation de la demande, l’industrie elle-même a changé. Une activité traditionnellement distinguée par les petites entreprises a été transformée par la croissance de grandes entreprises d’hôtellerie et de tourisme; de nouvelles stations ont été construites, notamment le long des côtes du Languedoc et de l’ Aquitaine ainsi que dans les Alpes françaises, et de nouveaux produits touristiques ont été développés, notamment des parcs à thèmes spectaculaires. Le complexe de Disneyland à l’est de Paris, ouvert en 1992, incarne bien cette tendance.

Comparativement, peu de Français partent en vacances à l’étranger. Inversement, la France reçoit un afflux important de visiteurs étrangers, principalement de pays européens, notamment d’Allemagne. En moyenne, ces touristes ne restent que peu de temps et leurs séjours sont répartis plus uniformément au cours de l’année et entre les différentes régions du pays par rapport à leurs homologues français. Néanmoins, Paris et les régions méditerranéennes restent des destinations privilégiées.

L’impact inégal du tourisme sur les différentes régions est un élément clé de cette activité. En été, un nombre restreint de zones côtières, notamment dans le Midi et en Bretagne, reçoivent le flux de vacanciers le plus important. en hiver, les régions montagneuses deviennent la destination préférée, en particulier les Alpes du Nord, avec des stations de ski aussi importantes que Chamonix, Tignes, La Plagne et Les Arcs. Paris elle-même est une attraction touristique énorme, en particulier pour les visiteurs étrangers et pour des événements tels que des expositions et des conférences; en effet, la capitale est peut-être le premier centre mondial de conférences internationales. La structure géographique inégale du tourisme est compensée par une structure saisonnière déséquilibrée. Malgré les tentatives visant à répartir les vacances plus uniformément tout au long de l’année, les mois de juillet et le mois d’août sont largement dominés par la période choisie par une grande majorité de Français. Un autre problème est le stress environnemental causé par le tourisme de masse, qui a conduit à des efforts officiels pour promouvoir des formes de tourisme plus durables dans les régions montagneuses et côtières.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *