Structures géologiques

Les roches sédimentaires sont importantes pour déchiffrer l’histoire géologique d’une région car elles suivent certaines règles. Premièrement, les roches sédimentaires sont formées avec les couches les plus anciennes en bas et les plus jeunes en haut. Deuxièmement, les sédiments se déposent horizontalement, de sorte que les couches de roches sédimentaires sont à l’origine horizontales, de même que certaines roches volcaniques, telles que les cendres volcaniques. Enfin, les couches de roches sédimentaires qui ne sont pas horizontales se déforment d’une manière ou d’une autre. Souvent, ils ont l’impression de s’enfoncer dans la terre.

Vous pouvez suivre la déformation subie par une roche en voyant en quoi elle se distingue de sa position horizontale initiale, la plus ancienne en bas. Cette déformation produit des structures géologiques telles que des plis, des articulations et des failles causées par des contraintes.

Plis

Les roches se déformant plastiquement sous contrainte de compression se déforment en plis. Ils ne retrouvent pas leur forme d’origine. Si les roches subissent plus de contraintes, elles peuvent être davantage pliées ou même fracturées. Il existe trois types principaux de pliage de roche: les monoclinaux, les synclinaux et les anticlinaux. Un monoclinal est un simple pli dans les couches rocheuses, de sorte qu’elles ne sont plus horizontales. Les anticlinaux sont des roches pliées qui se courbent vers le haut et s’éloignent du centre du pli. Les roches les plus anciennes sont au centre d’un anticlinal et les plus jeunes sont drapées sur elles. Lorsque les roches se cambrent pour former une structure circulaire, cette structure est appelée dôme. Un synclinal est un pli qui s’incline, les plus jeunes rochers se trouvant au centre et les plus anciens à l’extérieur. Lorsque les roches se plient vers le bas dans une structure circulaire, cette structure est appelée bassin . Si les roches sont exposées à la surface, où se trouvent les roches les plus anciennes?

Faille

Une roche avec suffisamment des contraintes finira par se fracturer. S’il n’y a pas de mouvement des deux côtés d’une fracture, cette fracture s’appelle une articulation . Mais si les blocs de roche d’un ou des deux côtés d’une fracture bougent, on parle de faille. Les mouvements brusques le long des failles provoquent la rupture et le déplacement brusques des roches, libérant ainsi l’énergie de contrainte accumulée pour créer un tremblement de terre. Un glissement correspond à la distance parcourue par les roches le long d’une faille et peut être ascendant ou descendant. Le glissement est relatif, car il n’y a généralement aucun moyen de savoir si les deux côtés ont bougé ou qu’un seul a bougé. Les failles forment un angle avec la surface horizontale de la Terre. Cet angle s’appelle le creux de la faille. L’immersion définit lequel des deux types de base est une faille. Si la faille est inclinée par rapport à l’horizontale, il s’agit d’une faille dip-slip. Il existe deux types de faille dip-slip.

Suivant le type de mouvement, il y a trois types des failles: les failles normales, inverses et de décrochement. Dans les failles normales, le mur suspendu s’abaisse par rapport au mur. Les failles normales peuvent être énormes et sont souvent responsables du soulèvement des chaînes de montagnes dans les régions soumises à une contrainte de tension. Avec les failles inverses, le mur repose vers le bas par rapport au mur suspendu. Un type de faille inverse est une faille poussée, dans lequel l’angle du plan de la faille est presque horizontal. Les roches peuvent glisser de nombreux kilomètres le long des failles poussées. Une faille de décrochement est une faille dip-slip dans lequel le pendage du plan de défaut est vertical et résulte de contraintes de cisaillement.

Contraintes et formation des montagnes

C’est le pouvoir de cisaillement et la résistance de deux plaques continentales convergentes ou plus qui s’écrasent vers le haut qui créent des chaînes de montagnes. Les contraintes résultant de ce soulèvement provoquent des plis, des failles inverses et des failles poussées, qui permettent à la croûte de monter. La subduction de la lithosphère océanique aux limites des plaques convergentes construit également des chaînes de montagnes.

Lorsque les contraintes de tension séparent la croûte, elle se fragmente en blocs qui glissent vers le haut et le long des failles normales. Le résultat est une alternance de montagnes et de vallées, appelées bassins et massifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *