Un nouveau projet pour soutenir les petits agriculteurs a été lancé aux Comores

Un nouveau projet de développement agricole, qui aidera 35 000 petits agriculteurs vulnérables à améliorer la production alimentaire locale et à réduire la dépendance à l’égard des importations, a été lancé le 19 juin 2011 à Moroni, la capitale de l’Union des Comores.

Le projet, financé par le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le gouvernement de l’Union des Comores, a été lancé lors d’un atelier de démarrage auquel ont participé des participants, des fonctionnaires et des membres du personnel du FIDA, dont le vice-président Moustadroine Abdou. l’agriculture de l’Union des Comores, et Ibrahima Bamba, directeur du programme de pays du FIDA.

L’agriculture est une source majeure d’emplois et de revenus pour les populations rurales du pays, générant plus de 35% du PIB. Malgré cela, les impacts du changement climatique empêchent les agriculteurs d’augmenter leur production et de réduire la dépendance locale aux importations alimentaires coûteuses.

Opérant dans 48 villages, le Projet d’appui à la productivité et à la résilience des exploitations familiales (PREFER) vise non seulement à accroître la production agricole et la capacité des agriculteurs à faire face au changement climatique, mais aussi à augmenter leurs revenus et améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle.

« Ce nouveau projet succède à divers autres projets initiés par le gouvernement et ses partenaires pour promouvoir le développement agricole face au changement climatique », a déclaré Abdou. « Je suis convaincu que cela donnera des résultats tangibles en termes de réduction des importations alimentaires, de création d’emplois – en particulier pour les jeunes – et d’augmentation des revenus des petits agriculteurs. »

PREFER vise à promouvoir le développement de la production d’aliments locaux tels que les bananes, le manioc et les légumes. Cela comprend la production pour le marché intérieur tout en générant des excédents pour augmenter les revenus des petits producteurs. Il renforcera également l’accès aux services financiers ruraux pour permettre aux petits agriculteurs d’investir dans des équipements et d’autres améliorations d’infrastructure pour la production et la transformation, en plus de résoudre les problèmes de qualité qui les aideront à obtenir de meilleurs prix pour leurs produits.

«PREFER est aligné sur la stratégie du FIDA pour les petits États insulaires en développement en soutenant des pratiques agricoles familiales plus performantes et plus intelligentes sur le plan climatique, liées aux marchés et génératrices de revenus», a déclaré Ibrahima Bamba. « Pour contribuer au succès de ce projet, une subvention du fonds ASAP du FIDA financera la dimension environnementale et le renforcement des capacités pour aider les petits agriculteurs comoriens à faire face aux impacts du changement climatique. »

L’accord de financement de PREFER a été signé en juillet 2017 par Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA, et Said Ali Said Chayhane, Ministre des Finances et du Budget de l’Union des Comores.

Le coût total du projet s’élève à 10,6 millions de dollars EU, dont un prêt de 1,5 million de dollars et un don de 1,5 million de dollars du FIDA, plus 1,0 million de dollars du Fonds du programme d’adaptation agricole des petits exploitants (ASAP) du FIDA. Il sera cofinancé par l’Institut international d’agriculture tropicale (0,5 million de dollars), le gouvernement des Comores (0,5 million de dollars) et les bénéficiaires eux-mêmes (2,6 millions de dollars). Le déficit de financement de 3,0 millions de dollars sera couvert par le financement futur du FIDA.

Depuis 1984, le FIDA a financé six programmes et projets de développement rural aux Comores pour un coût total de 42,9 millions de dollars, avec un investissement du FIDA de 23,1 millions de dollars. Ces projets ont bénéficié directement à 60 855 ménages ruraux.

* Le Fonds international de développement agricole est une institution financière internationale et une agence spécialisée des Nations Unies basée à Rome, le centre de l’alimentation et de l’agriculture de l’ONU.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *