Villes arabes: Mecque et de Médine

Le but de ce cours est de montrer l’importance historique et islamique de la Mecque et de Médine

Bien que la majorité de l’Arabie préislamique soit nomade, plusieurs villes importantes ont vu le jour en tant que centres de commerce et de religion, telles que La Mecque, Médine (Yathrib), Karbala et Damas. La plus importante de ces villes était La Mecque, qui était un important centre commercial dans la région, ainsi que l’emplacement de la Kaaba (ou Ka’ba), l’un des sanctuaires les plus vénérés de l’Arabie polythéiste. Après la montée de l’islam, la Kaaba est devenue le lieu le plus sacré de l’islam.

La Kaaba à la Mecque

La tradition islamique attribue le début de la Mecque aux descendants d’Ismaël. De nombreux musulmans se réfèrent au chapitre Psaume 84: 3-6 de l’Ancien Testament et à la mention d’un pèlerinage dans la vallée de Baca, qui est interprété comme une référence à la Mecque comme Bakka dans la sourate du Coran 3:96. L’historien grec Diodorus Siculus, qui a vécu entre 60 avant notre ère et 30 avant notre ère, a écrit sur la région isolée de l’Arabie dans son ouvrage Bibliotheca historica, décrivant un sanctuaire sacré que les musulmans considèrent comme Kaaba à La Mecque: «Et un temple a été installé là-bas, qui est très saint et extrêmement vénéré par tous les Arabes.» Au cours du 5ème siècle, la Kaaba était un lieu de culte des divinités des tribus païennes d’Arabie. La divinité païenne la plus importante de La Mecque était Hubal, dont l’idole avait été placée là par la tribu Quraysh au pouvoir et est restée jusqu’au 7ème siècle.

La ville de la Mecque

Au 5ème siècle, les tribus Quraysh ont pris le contrôle de La Mecque et sont devenues des marchands et des commerçants qualifiés. Au 6ème siècle, ils ont rejoint le commerce lucratif des épices, car les batailles dans d’autres parties du monde obligeaient les commerçants à se détourner des routes maritimes dangereuses vers les routes terrestres plus sûres. L’Empire byzantin contrôlait auparavant la mer Rouge, mais la piraterie était en augmentation. Une autre route précédente, qui traversait le golfe Persique via le Tigre et l’Euphrate, était également menacée par les exploitations de l’empire sassanide et perturbée par les Lakhmides, les Ghassanides et les guerres romano-perses.

L’importance de la Mecque en tant que centre commercial a finalement dépassé les villes de Petra et Palmyre. Les comptes historiques fournissent également une indication que des marchandises d’autres continents peuvent également avoir transité par la Mecque. Les caravanes de chameaux, qui auraient été utilisées pour la première fois par l’arrière-grand-père de Muhammad, constituaient une partie importante de l’économie animée de La Mecque. Des alliances ont été conclues entre les marchands de La Mecque et les tribus nomades locales, qui apporteraient des marchandises – cuir, bétail et métaux extraits dans les montagnes locales – à La Mecque pour être chargées sur les caravanes et transportées dans les villes de Syrie et d’Irak. Les récits historiques fournissent une indication que les marchandises d’autres continents peuvent également avoir transité par la Mecque. Des marchandises en provenance d’Afrique et d’Extrême-Orient ont transité en route vers la Syrie. Les Mecquois ont signé des traités avec les Byzantins et les Bédouins pour négocier des passages sûrs pour les caravanes et leur donner des droits d’eau et de pâturage. La Mecque est devenue le centre d’une confédération de tribus clientes, qui comprenait celles des Banu Tamim. D’autres puissances régionales telles que l’Abyssinie, le Ghassan et le Lakhm étaient en déclin, laissant le commerce mecquois être la principale force contraignante en Arabie à la fin du VIe siècle.

Les conditions et le terrain difficiles de la péninsule arabique signifiaient un état de conflit presque constant entre les tribus locales, mais une fois par an, elles déclaraient une trêve et convergeaient vers La Mecque en pèlerinage. Jusqu’au 7ème siècle, ce voyage fut entrepris par les Arabes païens pour rendre hommage à leur sanctuaire et boire au puits de Zamzam. Cependant, c’était aussi le moment de chaque année où les différends seraient arbitrés, les dettes seraient remboursées et les échanges auraient lieu aux foires de la Mecque. Ces événements annuels ont donné aux tribus un sentiment d’identité commune et ont fait de La Mecque un foyer important pour la péninsule.

La ville de Médine (Yathrib)

Bien que la ville de Médine n’ait pas eu de grande distinction jusqu’à l’introduction de l’islam, elle a toujours occupé une place importante dans le commerce et l’agriculture en raison de sa situation dans une région fertile du Hedjaz. La ville a pu maintenir des quantités décentes de nourriture et d’eau, et était donc un arrêt important pour les caravanes commerciales voyageant le long de la mer Rouge. Cela était particulièrement important étant donné la culture marchande de l’Arabie. Avec le port de Jidda, Médine et La Mecque ont prospéré pendant des années de pèlerinage.

Pendant la période préislamique jusqu’à 622 EC, Médine était connue sous le nom de Yathrib, une ville oasis. Yathrib a été dominé par des tribus juives jusqu’à environ 400 EC, lorsque plusieurs tribus arabes ont acquis le pouvoir politique. Médine est célèbre pour avoir abrité la mosquée de Mahomet (Mouhammad). Médine est à 210 miles (340 km) au nord de La Mecque et à environ 120 miles (190 km) de la côte de la mer Rouge. Il est situé dans la partie la plus fertile du territoire du Hedjaz, où convergent les ruisseaux des environs. Une immense plaine s’étend au sud; dans toutes les directions, la vue est délimitée par des collines et des montagnes.

En 622 EC, Mouhammad et environ 70 croyants mecquois Muhajirun ont quitté la Mecque pour se réfugier à Yathrib, un événement qui a complètement transformé le paysage religieux et politique de la ville. L’hostilité de longue date entre les tribus Aus et Khazraj a été atténuée car de nombreux membres de la tribu, et certains Juifs locaux, ont embrassé l’islam. Mouhammad, lié au Khazraj par son arrière-grand-mère, a été accepté comme chef civique.

Les musulmans convertis originaires de Yathrib – qu’ils soient païens arabes ou juifs – étaient appelés Ansar («les mécènes» ou «les aides»). Selon Ibn Ishaq, les tribus arabes païennes locales, les musulmans Muhajirun de La Mecque, les musulmans locaux (Ansar) et les Juifs de la région ont signé un accord, la Constitution de Médine, qui engageait toutes les parties à une coopération mutuelle sous la direction de Mouhammad. La nature de ce document enregistré par Ibn Ishaq et transmis par Ibn Hisham fait l’objet de controverses parmi les historiens occidentaux modernes. Beaucoup soutiennent que ce «traité» est peut-être un collage de différents accords, oraux plutôt qu’écrits, de dates différentes, et qu’il n’est pas clair quand ils ont été conclus. D’autres chercheurs, cependant, occidentaux et musulmans racontent que c’était bien un traité écrit.

Retenons

  • Alors que les routes du commerce maritime devenaient plus dangereuses, plusieurs tribus ont fait de la ville arabe de La Mecque un centre commercial pour diriger des routes de caravanes terrestres plus sûres.
  • Une fois par an, les tribus nomades déclaraient une trêve et convergeaient vers La Mecque en pèlerinage pour rendre hommage à leurs idoles à la Kaaba et boire au puits de Zamzam.
  • La ville oasis de Yathrib, également connue sous le nom de Médine, a été dirigée par plusieurs tribus juives jusqu’à ce que les tribus arabes gagnent le pouvoir politique vers 400 EC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *