Ebola : Symptômes, traitement et prévention

La fièvre hémorragique à virus Ebola est causée par un virus. C’est une maladie grave et souvent mortelle. Il peut affecter les humains et les autres primates. Les chercheurs croient que le virus se propage d’abord d’un animal infecté à un humain. Il peut ensuite se propager d’un humain à l’autre par contact direct avec le sang ou les sécrétions d’un patient.

Symptômes

Les symptômes d’Ebola peuvent apparaître entre 2 et 21 jours après l’exposition au virus. Les symptômes incluent généralement la fièvre, les maux de tête,  les douleurs articulaires et musculaires, la faiblesse, la diarrhée, les vomissements,  les douleurs d’estomac et la manque d’appétit.

D’autres symptômes, y compris des éruptions cutanées, des yeux rouges et des saignements internes et externes, peuvent également survenir.

Les symptômes précoces d’Ebola sont similaires à d’autres maladies plus courantes. Cela rend difficile le diagnostic d’Ebola chez une personne infectée depuis quelques jours seulement. Cependant, si une personne a les premiers symptômes d’Ebola et qu’il y a des raisons de suspecter Ebola, le patient doit être isolé. Il est également important d’aviser les professionnels de la santé publique. Les tests de laboratoire peuvent confirmer si le patient a Ebola ou pas.

Transmission

Parce que l’hôte naturel du virus Ebola n’a pas encore été identifié, la façon dont le virus apparaît pour la première fois chez l’homme au début d’une épidémie est inconnue. Cependant, les scientifiques croient que le premier patient est infecté par contact avec un animal infecté, comme une chauve-souris frugivore ou un primate (singes). La transmission de personne à personne suit et peut conduire à un grand nombre de personnes affectées. Au cours de certaines épidémies d’Ebola, les primates ont également été touchés par le virus Ebola et de multiples événements de débordement se sont produits lorsque des personnes ont touché ou mangé des primates infectés.

Lorsqu’une infection survient chez l’homme, le virus peut être transmis à d’autres personnes par contact direct (à travers la peau cassée ou les muqueuses dans, par exemple, les yeux, le nez ou la bouche) avec le sang ou les fluides corporels (y compris mais non limité à l’urine, la salive, la sueur, les excréments, le vomi, le lait maternel et le spεrme) d’une personne qui est malade ou est mort d’Ebola, des objets (comme des aiguilles et des seringues) qui ont été contaminés par des fluides corporels d’une personne atteinte d’Ebola ou du corps d’une personne décédée d’Ebola et possiblement d’un contact avec le spεrme d’un homme qui est guéri d’Ebola.

Le virus Ebola n’est pas transmis par l’air, par l’eau ou, en général, par la nourriture. Cependant, en Afrique, Ebola peut se propager suite à la manipulation de la viande de brousse (animaux sauvages chassés pour la nourriture) et au contact avec des chauves-souris infectées. Il n’y a aucune preuve que les moustiques ou d’autres insectes peuvent transmettre le virus Ebola. Seules quelques espèces de mammifères (par exemple, les humains, les chauves-souris, les singes) ont montré leur capacité à s’infecter et à propager le virus Ebola.

Les prestataires de soins soignant les patients atteints d’Ebola et leurs proches qui sont en contact étroit avec les patients courent le plus grand risque de tomber malades car ils peuvent entrer en contact avec du sang ou des liquides organiques infectés.

Pendant les épidémies d’Ebola, la maladie peut se propager rapidement dans les établissements de santé (comme une clinique ou un hôpital). L’exposition à Ebola peut survenir dans des établissements de santé où le personnel hospitalier ne porte pas d’équipement de protection individuelle approprié.

L’équipement médical dédié (de préférence jetable, si possible) doit être utilisé par le personnel soignant qui prodigue des soins aux patients. Le nettoyage et l’élimination appropriés des instruments, tels que les aiguilles et les seringues, sont également importants. Si les instruments ne sont pas jetables, ils doivent être stérilisés avant d’être réutilisés. Sans une stérilisation adéquate des instruments, la transmission du virus peut continuer et amplifier une épidémie.

Le virus Ebola a été trouvé dans le spεrme de certains hommes qui ont guéri d’Ebola. Il est possible que le virus Ebola se transmette par contact sεxuεl ou par contact avec le spεrme. On ne sait pas combien de temps Ebola pourrait être trouvé dans le spεrme des hommes survivants d’Ebola. Le temps qu’il faut à Ebola pour quitter le spεrme est différent pour chaque homme. Sur la base des résultats d’études limitées menées à ce jour, il apparaît que la quantité de virus diminue avec le temps et finit par quitter le spεrme. Jusqu’à ce que plus d’informations soient connues, évitez de vous envoyer en l’air avec un homme qui a eu le virus Ebola.

Épidémies d’Ebola passées

Les virus Ebola sont présents dans plusieurs pays africains. Ebola a été découvert en 1976 près de la rivière Ebola dans ce qui est maintenant la République démocratique du Congo. Depuis lors, des épidémies d’Ebola parmi les humains sont apparues sporadiquement en Afrique.

Des épidémies d’Ebola ont eu lieu dans les pays suivants:
– République démocratique du Congo (RDC)
– Gabon
– Soudan du sud
– Côte d’Ivoire
– Ouganda
– République du Congo (ROC)
– Afrique du Sud (importé)
Éclosion d’Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014

L’épidémie d’Ebola de 2014 a été la plus importante de l’histoire et a touché plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Deux cas importés, dont un décès, et deux cas acquis localement chez des travailleurs de la santé ont été signalés aux États-Unis.

La prévention

Il n’y a pas de vaccin approuvé disponible pour Ebola.

Si on voyage ou est dans une zone touchée par une épidémie d’Ebola, il faut s’assurer de faire ce qui suit:
– Pratiquer une hygiène soigneuse. Par exemple, se laver  les mains avec du savon et de l’eau ou un désinfectant à base d’alcool et éviter tout contact avec le sang et les liquides corporels.
– Ne pas manipuler d’objets qui pourraient avoir été en contact avec le sang ou les liquides organiques d’une personne infectée (tels que les vêtements, la literie, les aiguilles et l’équipement médical).
– Éviter les rituels funéraires qui nécessitent la manipulation du corps d’une personne décédée d’Ebola.
– Éviter le contact avec les chauves-souris et les primates non humains ou avec le sang, les liquides et la viande crue préparés à partir de ces animaux.
– Éviter les établissements  où les patients atteints d’Ebola sont traités.
– Éviter le contact avec le spεrme d’un homme qui a eu le virus Ebola jusqu’à ce que le virus soit complètement disparu de son spεrme.

Les professionnels de la santé susceptibles d’être exposés aux personnes atteintes d’Ebola doivent suivre les étapes suivantes:
– Porter un équipement de protection individuelle (EPI) approprié.
– Pratiquer des mesures de contrôle et de stérilisation appropriées.
– Isoler les patients avec Ebola d’autres patients.
– Éviter le contact direct et non protégé avec les corps des personnes décédées d’Ebola.

Il faut avertir les autorités sanitaires si on a eu un contact direct avec le sang ou les fluides corporels, tels que les excréments, la salive, l’urine, le vomi et le sperme d’une personne atteinte du virus Ebola. Le virus peut pénétrer dans le corps par le biais d’une peau lésée ou de muqueuses non protégées, par exemple dans les yeux, le nez ou la bouche.

Diagnostic

Le diagnostic d’Ebola chez une personne infectée depuis quelques jours est difficile car les symptômes précoces, comme la fièvre, ne sont pas spécifiques à l’infection Ebola et sont souvent observés chez les patients atteints de maladies plus courantes, comme le paludisme et la fièvre typhoïde.

Cependant, une personne devrait être isolée et les autorités de santé publique averties si elle a les premiers symptômes d’Ebola et a eu un contact avec le sang ou les fluides corporels d’une personne malade ou qui est morte d’Ebola, les objets qui ont été contaminés par le sang ou les liquides corporels d’une personne malade ou qui est décédée d’Ebola, les chauves-souris et les primates infectés, ou le spεrme d’un homme qui a récupéré d’Ebola.

Des échantillons provenant du patient peuvent ensuite être collectés et testés pour confirmer l’infection.

Le virus Ebola n’est détecté dans le sang qu’après l’apparition des symptômes, notamment la fièvre, qui accompagne l’augmentation du virus circulant dans le corps du patient. Il peut s’écouler jusqu’à trois jours après le début des symptômes pour que le virus atteigne des niveaux détectables.

Traitement

Il n’y a pas de remède pour Ebola. Le traitement implique des soins de soutien tels que les liquides, l’oxygène et le traitement des complications. Certaines personnes qui contractent le virus Ebola peuvent guérir, mais beaucoup décèdent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *