Journée mondiale d’action sur les dépenses militaires 2019

La Journée mondiale d’action sur les dépenses militaires commence généralement à la mi-avril, le jour de l’impôt aux États-Unis (un moment traditionnel du calendrier permettant à la société civile de contester l’utilisation de l’argent public des États-Unis), et comprend le jour où l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) publie les chiffres annuels des dépenses militaires mondiales, accompagnés d’une analyse de ses tendances.

Cette année, la Journée mondiale d’action contre les dépenses militaires comprendra la période du 13 avril au 9 mai. Disposer d’une période de plusieurs journées d’action offre aux militants de cette journée un cadre plus flexible pour choisir le moment approprié pour organiser des événements adaptés aux contextes locaux ou nationaux.

Partout dans le monde, les gouvernements préconisent une augmentation des dépenses militaires. Aux États-Unis, Donald Trump a proposé une augmentation de 54 milliards de dollars, soit 10% de l’allocation annuelle, à payer en coupant court à la diplomatie et à l’aide étrangère. Tous les gouvernements européens membres de l’OTAN ont décidé à deux reprises, au Pays de Galles et à Varsovie, de consacrer 2% de leur PIB à la défense tout en créant parallèlement de nouveaux systèmes de financement pour la recherche et le développement militaires. Pour sa part, la Chine a déclaré qu’elle augmenterait son budget militaire de 7% en 2017. L’Arabie saoudite et le Japon envisagent également d’augmenter leurs dépenses militaires parmi les principaux pays dépensiers. De plus, Trump et l’administration américaine vont dans cette direction, bien que ce phénomène ne soit pas nouveau.

Avec ce scénario, nous avons de nombreuses nouvelles raisons de renouveler notre appel à une réduction des dépenses militaires (sur la base des données du SIPRI) et de nous rapprocher de l’approche de la sécurité humaine que beaucoup préféreraient voir.

La Campagne mondiale sur les dépenses militaires  est une campagne internationale créée en décembre 2014 et promue par le Bureau international de la paix. Le but de la campagne est d’inciter les gouvernements à investir davantage dans les secteurs de la santé, de l’éducation, de l’emploi et du changement climatique que militaire. La Campagne mondiale sur les dépenses militaires intègre également la Journée mondiale d’action pour les dépenses militaires), qui en est maintenant à sa septième année.

Nous devons impliquer encore plus de citoyens et d’organisations dans un débat ouvert et énergique sur les résultats contre-productifs des dépenses militaires. Plus que jamais, nous avons besoin de nouveaux partenaires pour travailler sur la Campagne mondiale sur les dépenses militaires en cours et pour faire de la Journée mondiale d’action sur les dépenses militaires un franc succès!

Nous traversons une période d’escalade et de tension militaire dans le monde entier. L’OTAN demande à ses pays membres d’augmenter leurs dépenses militaires de 2% de leur PIB, générant des tensions avec les pays non membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. C’est une dépense qui va au détriment des dépenses sociales.

Les dépenses militaires mondiales représentent déjà 2,3% du PIB mondial et consacrent au secteur militaire des ressources indispensables au développement humain durable et à la jouissance effective des droits économiques et sociaux, inscrits dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels du Charte des Nations Unies, ainsi que des droits de l’homme en général. Les organisations pour la paix et le développement estiment qu’avec une réduction de 10% par an et par pays des ressources investies dans les secteurs de l’armement et de la défense, les principaux objectifs fixés par l’ONU dans le cadre de l’Agenda 2030 des objectifs de développement durable pourraient être atteints.

Le militarisme a de graves répercussions sur la vie des personnes et des risques pour leur intégrité. Selon le dernier rapport du HCR, 65,6 millions de personnes sont déplacées de force en raison de conflits comme en Syrie, au Yémen, en Afghanistan, en Iraq et en Palestine, entre autres.

En outre, le gouvernement américain Trump a augmenté ses dépenses militaires de 54 milliards de dollars et a ébranlé son mandat en attaquant le Yémen, la Syrie et l’Afghanistan, et en renouvelant les menaces dirigées contre le Qatar, la Corée du Nord et Cuba. En outre, nous sommes à une époque où certains traités importants sont mis en cause et rejetés, tels que les Forces nucléaires à portée intermédiaire. Les États-Unis élargissent leurs bases militaires dans le Pacifique. Dans le même temps, le gouvernement australien a annoncé son ambition de rejoindre les 10 premiers exportateurs mondiaux d’armes au monde, au lieu de sa 20ème place pour le moment. Ils ont mis de côté 3,8 milliards de dollars pour subventionner la fabrication d’armes en Australie.

Au niveau européen, le plan d’action européen de défense autorise pour la première fois l’allocation de fonds européens à la défense commune et ouvre la porte à l’affectation de 90 millions d’euros sur trois ans, dont 30 millions en 2019, à la recherche et au développement dans les domaines militaire et de la sécurité. La proposition de la Commission européenne prévoit de financer ce fonds de défense communautaire à hauteur de 1,5 milliards d’euros par an à partir de 2021.

Plus que jamais, le monde a besoin des gens pour travailler sur la Campagne mondiale sur les dépenses militaires en cours et pour faire de la Journée mondiale d’action sur les dépenses militaires un franc succès!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *