L’histoire des Comores

Les Comores peuvent avoir été habitées par des personnes d’origine malayo-polynésienne au 5ème ou 6ème siècle avant Jésus Christ ou peut-être plus tôt. Cependant, les premiers habitants, y vivaient durant ou avant l’âge de la pierre taillée, à en croire à des outils trouvés dans une caverne non loin du village de Malé dans le sud de Ngazidja.   Les îles ne sont pas apparues sur une carte du monde européen avant 1527, année de leur représentation par le cartographe portugais Diego Ribero. Les premiers européens connus pour avoir visité l’archipel, un peu plus tard au 16ème siècle, semblent avoir été portugais. L’Anglais Sir James Lancaster a visité la Grande Comore vers 1591, mais l’influence étrangère dominante dans les îles est restée arabe jusqu’au 19ème siècle.

En 1843 La France a officiellement pris possession de Mayotte et en 1886, il plaça les trois autres îles sous sa protection. Attachée administrativement à Madagascar en 1912, les Comores sont devenues un territoire d’outre-mer de la France en 1947 et ont été représentées à l’Assemblée nationale française. En 1961, un an après l’indépendance de Madagascar, les îles se voient accorder une autonomie interne. La majorité sur trois des îles a voté pour l’indépendance en 1974, mais la plupart des habitants de Mayotte sont favorables à la poursuite de la domination française. Lorsque l’ Assemblée nationale de France a décidé que chaque île devait décider de son propre statut, le président comorien Ahmed Abdallah (qui a été déposé plus tard au cours de la même année) a déclaré l’indépendance de tout l’archipel le 6 juillet 1975. Les Comores ont ensuite été admis aux Nations Unies , qui ont reconnu l’intégrité de l’archipel dans son ensemble. La France, cependant, n’a reconnu la souveraineté que des trois îles et a maintenu l’autonomie de Mayotte, la qualifiant de «collectivité territoriale» (c’est-à-dire, ni territoire ni département ) de la France en 1976. Alors que ses relations se détérioraient, la France cessa tout développement et aide technique des Comores. Ali Soilih est devenu président et a tenté de convertir le pays en une république socialiste laïque. En mai 1978, un coup d’État dirigé par un soldat et agent secret français, le colonel Robert Denard et un groupe de mercenaires européens ont ramené Abdallah, l’ancien président exilé, au pouvoir.

Les relations diplomatiques avec la France ont été reprises, une nouvelle constitution a été rédigée et Abdallah a été réélu président à la fin de 1978 puis de nouveau en 1984, alors qu’il se présentait sans opposition. Il a survécu à trois tentatives de coup d’État, mais en novembre 1989, il a été aussi assassiné par la France. Des élections présidentielles multipartites ont eu lieu en 1990 et Saïd Mohamed Djohar a été élu président, mais en septembre 1995, il a été destitué par un coup d’État dirigé par Denard. Le coup d’Etat a été désamorcé suite à une résistance farouche de certains soldats comoriens prêts à mourir pour sauver l’honneur de leur pays. L’armée française a été obligé d’intervenir pour sauver Denard et les mercenaires.

De nouvelles élections ont eu lieu en 1996. Sous le président nouvellement élu, Mohamed Taki Abdoulkarim, une nouvelle constitution a été ratifiée et des tentatives ont été faites pour réduire les dépenses du gouvernement et augmenter les revenus. En août 1997, les mouvements sécessionnistes des îles d’Anjouan et Mohéli était devenu assez fort pour que leurs dirigeants déclarent chaque île indépendante de la république. Le mois suivant, le gouvernement fédéral tenta de réprimer le mouvement sécessionniste, mais les troupes envoyées sur l’île d’Anjouan furent complètement mises en déroute. L’indépendance des deux îles n’a cependant été reconnue par aucun système politique en dehors des îles et les tentatives de médiation de la situation par les organisations internationales ont échoué.

Taki est décédé subitement en novembre 1998 et a été remplacé par un président par intérim , Tadjiddine Ben Saïd Massounde. La constitution prévoyait de nouvelles élections, mais le président par intérim a été renversé en avril 1999 par un coup d’état militaire dirigé par le chef d’état-major de l’armée, le colonel Azali Assoumani, qui a pris le contrôle du gouvernement. Le nouveau gouvernement n’a pas été reconnu par la communauté internationale, mais en juillet Assoumani a négocié un accord avec les sécessionnistes de l’île d’Anjouan. Les séparatistes ont signé un accord établissant un mandat présidentiel alternant entre les trois îles. Le mandat présidentiel alternatif a été approuvé par les trois îles en décembre 2001, de même qu’un nouveau projet de constitution accordant à chaque île une autonomie partielle ainsi que son président et son assemblée législative locaux. Les premières élections fédérales prévues par la nouvelle constitution ont eu lieu en 2002 et Assoumani, de Grande Comore, a été élu président. En 2006, le mandat présidentiel s’est renouvelé sur l’île d’Anjouan. Ahmed Abdallah Mohamed Sambi a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle fédérale en mai et a pris le contrôle du gouvernement fédéral dans le cadre d’un transfert de pouvoir pacifique.

La paix fragile a été menacée en 2007 lorsque le gouvernement fédéral, en réponse à la violence et aux preuves d’intimidation des électeurs, a ordonné au gouvernement d’Anjouan de reporter l’élection présidentielle locale de l’île et a appelé le président d’Anjouan, le colonel Mohamed Bacar, à se retirer et à permettre à un président par intérim. Bacar a ignoré l’ordre et a organisé en juin 2007 une élection au cours de laquelle il a été déclaré vainqueur. Les résultats n’ont pas été reconnus par le gouvernement fédéral ou l’ Union africaine (UA): tous deux ont réclamé de nouvelles élections, ce que Bacar a refusé de tenir. La situation étant dans une impasse, l’UA a imposé des sanctions à l’administration Bacar en octobre, ce qui n’a eu que peu d’impact sur ses pressions pour qu’il se plie à leurs demandes. Les troupes comoriennes et de l’Union africaine ont envahi Anjouan le 25 mars 2008 et ont rapidement sécurisé l’île. Soutenu par la France, Bacar a évité d’être capturé et a fui le pays via un hélicoptère militaire de l’armée française vers Mayotte puis vers le Bénin.

Le statut de Mayotte – toujours revendiqué par les Comores mais administré par la France – a fait l’objet d’un référendum en mars 2009. Plus de 95% des électeurs de Mayotte ont approuvé le changement du statut de l’île avec la France, passant d’une collectivité territoriale à un département d’outre-mer en 2011, renforçant ainsi ses liens avec ce pays. Les Comores, ainsi que l’UA, ont rejeté le résultat du vote.

En 2010, le mandat présidentiel a été transféré à l’île de Mohéli, et Ikililou Dhoinine , l’un des vice-présidents de Sambi, a recueilli le plus grand nombre de voix lors du premier tour de scrutin, tenu le 7 novembre. Il a remporté l’élection du second tour le 26 décembre avec 61% des voix, bien que sa victoire ait été assombrie par des accusations de fraude de l’opposition. Dhoinine accède au pouvoir le 26 mai 2011.

En 2013, le président Dhoinine a déclaré qu’il avait été la cible d’un coup d’Etat présumé, qui a été évité en avril lorsque les forces de sécurité ont déjoué le complot. Bien que certains des prétendus conspirateurs se soient enfuis à Mayotte, plusieurs autres suspects ont été arrêtés. Des élections législatives ont eu lieu en janvier et en février 2015. Le parti au pouvoir, l’Union pour le développement des Comores (UPDC) de Dhoinine et le parti Juwa de l’ancien président Sambi ont conclu avec les sièges les plus directs et indirects, avec l’UPDC occupant un siège de plus que le parti Juwa.

Le 21 février 2016, le premier tour de l’élection présidentielle a eu lieu. Le mandat présidentiel avait été renouvelé sur l’île de Grande Comore, et Mohamed Ali Soilihi, l’un des vice-présidents de l’union fédérale, est arrivé en tête avec environ 17% de voix. Mouigni Baraka, et le colonel Azali Assoumani, ancien chef du coup d’Etat et président du pays, se sont qualifiés pour le second tour, prévu en avril. La plupart des 25 candidats du premier tour ont contesté les résultats et demandé un recomptage, mais la Cour constitutionnelle a confirmé les résultats. Assoumani a été déclaré vainqueur du deuxième tour de scrutin, qui s’est tenu le 10 avril. Il a recueilli près de 41% des suffrages et a été suivi de près par Soilihi, qui a remporté près de 40% des suffrages. La victoire d’Assoumani n’a toutefois pas été immédiatement validée.

Les tensions ont augmenté en avril 2018 lorsque Assoumani a suspendu la Cour constitutionnelle du pays, la qualifiant de dysfonctionnelle; l’opposition a critiqué le mouvement. Plus tard dans le mois, il annonça qu’un référendum constitutionnel aurait lieu en juillet. Les modifications proposées à la constitution incluaient la fin du système qui avait remplacé le président fédéral à mandat unique parmi les dirigeants des trois îles et permettait à un président de remplir jusqu’à deux mandats. Si le référendum était adopté, Assoumani prévoyait de tenir des élections anticipées en 2019 et serait lui-même éligible à deux nouveaux mandats à la présidence. Le référendum prévu a également été dénoncé par l’opposition, qui l’a qualifié de tentative de prise de pouvoir par Assoumani. Plusieurs manifestations ont été organisées à son encontre. L’ancien président Sambi, opposant au référendum, a été assigné à domicile après avoir vivement critiqué la suspension de la Cour constitutionnelle par Assoumani et les modifications constitutionnelles proposées. Ahmed Said Jaffar, l’un des trois vice-présidents du pays, a également perdu tous ses portefeuilles ministériels, sauf un, après avoir dénoncé le référendum.

Le référendum constitutionnel s’est tenu le 30 juillet 2018. Les modifications proposées incluaient la suppression susmentionnée de la présidence tournante d’un mandat, accordant au président le pouvoir de révoquer les trois vice-présidents et mettant fin au statut laïc des Comores. religion. En dépit d’un boycott de l’opposition , la commission électorale a enregistré un taux de participation de plus de 60% et affirmé que près de 93% des électeurs avaient soutenu les mesures référendaires. Les chefs de l’opposition et d’autres personnes n’étaient pas d’accord avec les résultats rapportés. La vérité est que le peuple comorien ait boycotté le référendum mais le pouvoir en place s’est autoproclamé vainqueur en bourrant les urnes.

Pour faire valider le référendum, le président Azali avait organisé des faux coups d’Etats à son encontre et avait accusé ses opposants d’être responsables. Il les a ensuite jugés sans avocats et les a envoyés en prison.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *