L’industrie française

Tendances industrielles

L’industrie française a longtemps été le moteur de la reprise économique du pays dans l’après-guerre. Cependant, après une période de restructuration et d’ajustement substantiels, en particulier lors des périodes de récession qui se sont succédé depuis la fin des années 70, ce secteur (y compris la construction et le génie civil) n’emploie plus qu’ environ le quart de la population active du pays et contribue dans les mêmes proportions au PIB .

La production et l’emploi ont connu une croissance rapide dans les années 50 et 60, le développement industriel étant stimulé par l’ouverture de nouveaux marchés et par la hausse des revenus. La production industrielle a toutefois décliné au milieu des années 70 et une période de désindustrialisation majeure a suivi, les fabricants réagissant à une demande intérieure réduite et à une concurrence étrangère plus intense. Les investissements ont chuté, retardant la modernisation et compromettant davantage la compétitivité de la France. Au cours des dernières années, les investissements et la production ont encore augmenté, mais à un rythme moins rapide et de manière plus irrégulière qu’au début de l’après-guerre. Néanmoins, l’emploi industriel continue de diminuer. L’expansion des grands groupes multinationaux entraîne une concentration croissante de la propriété.

Des changements de localisation industrielle ont également eu lieu. L’expansion industrielle des années 60 et 70 s’est accompagnée d’une décentralisation à grande échelle, qui a favorisé de nombreuses zones du bassin parisien (où l’offre de main-d’œuvre était abondante et relativement bon marché) aux dépens de la capitale. Peu de sièges sociaux ont toutefois suivi la dispersion des usines de fabrication, de sorte que le centre des activités industrielles est resté ancré dans la région parisienne . Le déclin de l’emploi industriel depuis le milieu des années 1970 a eu le plus grand impact dans les régions manufacturières traditionnelles, telles que le Nord – Pas-de-Calais et la Lorraine. Néanmoins, les régions qui s’étend à travers le nord et l’est de la France, de la Normandie jusqu’en Auvergne – Rhône-Alpes reste la partie la plus industrialisée du pays.

Branches de fabrication

Sur la base de l’emploi et du chiffre d’affaires, sept branches de la fabrication sont particulièrement importantes: véhicules, produits chimiques, métallurgie, mécanique , électronique, agro-alimentaire et textile. L’industrie automobile est dominée par les activités des deux constructeurs automobiles, Peugeot SA (dont Citroën) et Renault , qui produisent ensemble près de quatre millions de voitures par an.

La production automobile génère un nombre important d’emplois directs ainsi que d’emplois dans des industries auxiliaires, telles que le grand fabricant de pneumatiques Michelin. La France possède également une industrie importante pour la fabrication de locomotives ferroviaires et de matériel roulant, pour laquelle le train à grande vitesse en expansion (TGV) représente un marché majeur.

Dans l’ industrie chimique , la fabrication va des produits organiques et inorganiques de base aux produits chimiques fins, aux produits pharmaceutiques et aux autres produits parachimiques, y compris les parfums. En raison de la nature capitalistique de ces activités, les grands fabricants tels que Rhône-Poulenc jouent un rôle dominant. Des recherches approfondies sont menées dans ce domaine. La production de produits chimiques de base est concentrée dans les zones offrant un accès aux matières premières, telles que le Nord – Pas-de-Calais, l’Étang-de-Berre et Rhône-Alpes , alors que la production pharmaceutique est plus étroitement liée aux grands marchés et aux centres de recherche, notamment en Île de France .

L’industrie métallurgique, dominée par la production d’acier, a connu une restructuration majeure à la fin des années 70 et dans les années 80, alors que la demande diminuait et que la concurrence d’autres producteurs internationaux s’intensifiait. Concentrée à l’origine en Lorraine du fait de la présence de minerai de fer, la production d’acier s’est déplacée vers les sites côtiers de Dunkerque et de Fos-sur-Mer, qui reposaient sur du minerai et du charbon importés. La France est également un important producteur d’aluminium, notamment par l’intermédiaire du groupe Pechiney. Ces industries métallurgiques de base soutiennent un large éventail d’activités d’ingénierie, largement répandues dans toute la France mais avec des concentrations importantes dans les régions fortement urbanisées et industrialisées d’Île-de-France et Auvergne – Rhône-Alpes. Des caractéristiques similaires caractérisent les industries de l’électrotechnique et de l’électronique. La France est un important fabricant de produits électroniques professionnels, tels que les équipements radar, mais elle est faiblement représentée dans le domaine de l’électronique grand public, ce qui a entraîné un niveau élevé d’importations. Le pays compte également un certain nombre d’industries aérospatiales de haute technologie, qui fabriquent des avions, des missiles, des satellites et des systèmes de lancement connexes. Ces industries sont concentrées dans la région parisienne et dans le sud-ouest, autour de Toulouse et Bordeaux .

Les industries des produits alimentaires et des boissons représentent une grande branche de la fabrication française, reflétant le volume et la diversité considérables de la production agricole. Bien que présents dans la plupart des régions, les fabricants de produits alimentaires sont particulièrement concentrés dans les grands marchés urbains et dans les régions agricoles occidentales telles que la Bretagne , les Pays de la Loire et la Basse-Normandie. Le secteur des boissons est dominant dans les principales zones viticoles du nord et du nord-est de la France; c’est une source importante d’exportations.

Les industries du textile et du vêtement ont connu une longue période de déclin face à la forte concurrence étrangère, avec des pertes d’emplois importantes et des fermetures d’usines affectant les principales zones de production du nord de la France et de Rhône-Alpes (textile), ainsi que l’Île-de-France (vêtements). Contrairement aux autres grandes branches industrielles, ces activités restent caractérisées par de petites entreprises.

Un groupe varié d’industries de la construction et du génie civil emploie environ un quart de la main-d’œuvre du secteur industriel. L’activité et l’emploi ont considérablement fluctué en fonction de l’évolution des programmes d’investissement publics et privés et de la demande variée de logements neufs. Ce secteur se caractérise par la coexistence d’un grand nombre de petites entreprises et d’un nombre limité de grandes entreprises, dont beaucoup travaillent sur des contrats de génie civil hors de France.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *