Pourquoi les USA ont évacué les chefs de Daech de Deir ez-Zor

Bien que Washington nie l’évacuation des commandants de Daech de Deir ez-Zor par les hélicoptères américains, la probabilité qu’elle a eu lieu est presque 100%, a estimé le sénateur Klintsevitch. Selon lui, ce geste américain s’explique par le fait que «les États-Unis voient toujours le but de leur existence dans la confrontation avec la Russie».
Jeudi, Sputnik a été informé qu’en août dernier l’aviation américaine avait évacué plus de 20 chefs de guerre et terroristes de Daech de Deir ez-Zor vers le nord de la Syrie. La coalition internationale a rapidement réagi en affirmant que les hélicoptères américains n’avaient pas évacué les terroristes. Malgré les affirmations de la partie américaine, l’évacuation a certainement eu lieu, estime le premier vice-président du comité pour la défense du Conseil de Fédération (chambre haute du parlement russe), Frants Klintsevitch.

«Peu importe de quelle façon l’on tente, au sein du siège de la coalition dite antiterroriste, de réfuter les rapports sur l’évacuation de plus de 20 commandants de la région de Deir ez-Zor, toute la vaste expérience des actions américaines, y compris en Afghanistan, nous convainc que tout cela a eu lieu avec une probabilité de presque 100%. Ayant vécu cette guerre, je peux dire que nous avons directement ressenti la participation directe des Américains du côté des Mujahideen», a écrit M. Klintsevitch sur sa page Facebook.

«Bien sûr, Deir ez-Zor n’est pas Raqqa. Il ne sera pas possible d’évacuer des centaines de djihadistes de là. Mais il y a plus que ça, il ne s’agit pas seulement du nombre de combattants. Il semble que les États-Unis voient toujours le but de leur existence dans la confrontation avec la Russie, et, pour employer un euphémisme, ce n’est pas encourageant», a conclu le sénateur.

Une source diplomatique et militaire a confié jeudi à Sputnik que le 26 août dernier un hélicoptère militaire américain avait évacué deux chefs de guerre de Daech «d’origine européenne» et les membres de leurs familles de la localité d’al-Treif située au nord-ouest de Deir ez-Zor.

En mai dernier, l’aviation américaine a déjà évacué des chefs de guerre et des mercenaires étrangers d’origine européenne qui combattaient dans la région de Deir ez-Zor. En juin et juillet, des opérations d’évacuation de terroristes se sont déroulées dans la province de Raqqa.

Deir ez-Zor et l’aérodrome militaire situé à 2 km de cette ville ont été encerclés par les terroristes pendant trois ans. La garnison de la ville a résisté aux attaques de Daech malgré de nombreuses attaques de kamikazes et de voitures piégées. Début septembre, l’armée syrienne a rompu le blocus au sud-ouest de la ville avec le soutien des Troupes aérospatiales russes. Les militaires syriens ont rejoint les défenseurs de Deir ez-Zor près des casernes de la 137e brigade mécanisée.

Sputnik