Robinson Crusoé: Résumé du préface et des chapitres I à III

Résumé: Préface

Un éditeur anonyme nous explique les raisons pour lesquelles il nous propose le récit que nous allons lire. Il ne mentionne pas explicitement le nom ou l’histoire de Robinson Crusoé, mais décrit plutôt le récit comme «les aventures d’un homme privé dans le monde» et se concentre sur son réalisme lorsqu’il l’appelle une «histoire juste des faits». Il prétend qu’il est modeste et sérieux, et qu’il a une valeur instructive, nous apprenant à honorer «la sagesse de la Providence». Ainsi, l’éditeur affirme qu’il rend un grand service au monde en publiant le conte de Crusoé.

Résumé: Chapitre I – Je vais en mer

« Je suis né en 1632 , dans la ville de York, d’une bonne famille, mais pas de ce pays, mon père étant étranger. »

Un homme du nom de Robinson Crusoé raconte l’histoire de sa propre vie, en commençant par sa naissance en 1632 dans la ville anglaise de York. Le père de Crusoé était un Allemand, à l’origine nommé Kreutznaer. Crusoé est le plus jeune de trois frères, l’aîné étant soldat et le second ayant mystérieusement disparu. En tant que plus jeune fils de la famille, on s’attend à ce que Crusoé hérite peu et, par conséquent, son père l’encourage à se lancer dans la loi. Mais le penchant de Crusoé est d’aller en mer. Sa famille s’oppose fermement à cette idée, et son père lui donne une sévère leçon sur la valeur d’accepter une position intermédiaire dans la vie. Crusoé décide de suivre les conseils de son père. Mais lorsqu’un de ses amis s’embarque pour Londres, Crusoé succombe à la tentation et monte à bord du navire le 1er septembre 1651.. Une tempête se développe. Près de Yarmouth, le temps est si mauvais que Crusoé craint pour sa vie et prie Dieu pour la délivrance. Le navire a failli fonder, mais tous sont sauvés. Crusoé voit cette épreuve comme un signe du destin qu’il devrait abandonner les voyages en mer, et le père de son ami le met en garde contre la remise des pieds sur un navire, faisant écho à l’avertissement de son propre père.

Résumé: Chapitre II – Je suis capturé par des pirates

Crusoé se sépare de son ami et se rend à Londres par voie terrestre, où il rencontre un capitaine de mer qui lui propose de l’accompagner lors d’un prochain voyage marchand. Écrivant à sa famille pour de l’argent d’investissement, Crusoé part avec quarante livres de bibelots et de jouets à vendre à l’étranger. Crusoé tire un revenu net de 300 livres de ce voyage et le considère comme un grand succès. Prenant cent livres avec lui et laissant les 200 livres restants avec une veuve en qui il a confiance, Crusoé se lance dans une autre expédition marchande. Cette fois, il est poursuivi par des pirates maures au large de Sallee en Afrique du Nord. Son navire est rattrapé et Crusoé est asservi, le seul Britannique parmi les esclaves de son maître maure. Crusoé se voit confier la tâche de pêcher en raison de son talent naturel. Un jour, le bateau de pêche des esclaves se perd dans le brouillard et le capitaine installe une boussole à bord. Le capitaine stocke également de la poudre à canon à bord en vue d’une partie de tir, mais les invités ne viennent pas. Crusoé attend.

Résumé: Chapitre III – Je m’échappe du Rover Sallee

Robinson part pour une expédition de pêche avec deux autres esclaves, un homme nommé Ismael et un garçon nommé Xury. Se faufilant derrière Ismael, Robinson le pousse dans l’eau. Ismael nage à côté du bateau et demande à être recueilli. Crusoé tire un fusil sur lui et lui dit de retourner à terre ou d’être tué. Crusoé demande alors à Xury s’il va l’accompagner et le servir fidèlement, et Xury accepte. Le soir, Crusoé calcule qu’ils ont navigué 150miles au sud de Sallee. Ils voient des créatures sauvages à terre que Crusoé reconnaît comme des lions. Crusoé abat un mort, et lui et Xury l’écorchent. Ils se dirigent vers le sud vers ce que Crusoé croit être le Cap-Vert ou les îles Canaries. Ils voient des Noirs nus à terre et ils les craignent jusqu’à ce que les indigènes leur offrent de la nourriture. Quand les Africains voient Crusoé tirer sur un léopard, ils sont impressionnés et ils offrent la peau à Crusoé. Ne sachant pas où se diriger, Crusoé est surpris par un navire européen au loin. Le navire récupère Xury et Crusoé, et son aimable capitaine portugais propose de les emmener au Brésil. Le capitaine achète le bateau de Crusoé ainsi que Xury.

Analyse: Préface et chapitres I à III

Ces chapitres nous présentent le style de narration particulier de Crusoé, qui a révolutionné le roman anglais: il parle ouvertement et intimement, sans aucun des effets rhétoriques grandioses notables dans les premiers âges de l’histoire littéraire anglaise. En nous disant franchement combien il tire de profit de sa première entreprise marchande et en reconnaissant sa lutte intérieure pour obéir à son père ou suivre son désir d’aller en mer, Crusoé s’adresse à nous comme si nous étions ses amis proches et de confiance. Il est également un narrateur extrêmement pratique et axé sur les faits, comme le souligne l’éditeur en appelant la narration une «histoire juste des faits». Crusoé est fixé sur des détails précis, nous indiquant le jour exact de son départ et le nombre de kilomètres au sud de Sallee qu’il se trouve. Ses sentiments sont moins entièrement racontés, bien qu’il raconte son angoisse à désobéir à son père. Crusoé montre également sa gentillesse et son humanité de base en épargnant la vie d’Ismael, bien qu’il soit clair que cet acte est un détail mineur pour lui. Son accent sur les faits, les actions et les détails contribue à marquer le début de la forme romanesque dans la littérature anglaise.

Le récit de Crusoé n’est pas seulement une histoire d’aventure sur les tempêtes et les pirates, mais aussi ce que la littérature religieuse appelle un conte exemplaire: un conte raconté à des fins d’enseignement moral et religieux. Dans la préface, l’éditeur nous dit explicitement que ce roman nous apprendra à honorer «la sagesse de la Providence». Nous sommes censés apprendre quelque chose d’utile spirituellement en lisant cette histoire. Crusoé souligne cet aspect spirituel en se concentrant sur sa méchanceté en désobéissant aux ordres de son père, et les punitions qui lui sont infligées pour l’avoir fait. Dans le chapitre II, il se réfère à «l’influence maléfique qui m’a d’abord éloigné de la maison de mon père», et le mot «mal» est important: ce choix n’est pas simplement une décision insensée, mais une décision prise avec une influence moralement mauvaise. De plus, la perversité fait curieusement de Crusoé sa victime passive, introduisant un autre aspect central de l’histoire de Robinson: sa propre passivité. La place de Crusoé en tant que fils cadet rebelle dans la famille.

L’idée d’étrangeté est présentée comme une préfiguration importante de la longue existence ultérieure de Crusoé en tant que naufragé dans un pays étranger. Fait intéressant, malgré le début de l’histoire à Hull et à Londres, Crusoé ne se concentre pas beaucoup sur les Anglais dans son récit. L’ami qui le tente à bord du navire n’est pas nommé et Crusoé ne lui montre aucune réelle affection. Même les membres de la famille de Crusoé ne sont pas nommés. Les Anglais ne semblent tout simplement pas exciter son intérêt. En revanche, Crusoé n’hésite pas à nous donner les noms des autres esclaves, Ismael et Xury, sur le bateau de pêche maure. Le capitaine portugais n’est pas nommé, mais il est décrit avec beaucoup plus de vivacité que le premier capitaine anglais. Crusoé révèle une prédisposition de base envers les étrangers qui souligne son inclination précoce à aller en mer et à quitter l’Angleterre. En tant que fils d’un étranger – le nom de son père était Kreutznaer – cette itinérance peut être son destin. Peut-être comme Ulysse dans L’Odyssée, il est simplement destiné par nature à quitter la maison.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *