Étude approfondie des personnages de Robinson Crusoé

Robinson Crusoé

Bien qu’il ne soit pas un super héros ou un grand aventurier épique, Robinson Crusoé affiche des traits de caractère qui lui ont valu l’approbation de générations de lecteurs. Sa persévérance à passer des mois à fabriquer un canoë et à pratiquer la poterie jusqu’à ce qu’il réussisse, est louable. De plus, son ingéniosité à construire une maison, une laiterie, une tonnelle à raisin, une maison de campagne et une écurie de chèvres à partir de pratiquement rien est clairement remarquable. Le philosophe suisse Jean-Jacques Rousseau a applaudi l’indépendance « Fais-le toi même » de Crusoé, et dans son livre sur l’éducation, Emile, il recommande que les enfants apprennent à imiter l’approche pratique de Crusoé de la vie. L’instinct commercial de Crusoé est tout aussi considérable que son instinct de survie: il parvient à faire fortune au Brésil malgré une absence de vingt-huit ans et quitte même son île avec une belle collection d’or. De plus, Crusoé n’est jamais intéressé à se présenter comme un héros dans sa propre narration. Il ne se vante pas de son courage pour réprimer la mutinerie, et il est toujours prêt à admettre des sentiments non héroïques de peur ou de panique, comme lorsqu’il trouve l’empreinte de pas sur la plage. Crusoé préfère se dépeindre comme un homme sensé ordinaire, jamais comme un héros exceptionnel.

Mais les qualités admirables de Crusoé doivent être mises en balance avec les défauts de son caractère. Crusoé semble incapable de ressentir des sentiments profonds, comme le montre son récit froid de quitter sa famille – il s’inquiète des conséquences religieuses de la désobéissance à son père, mais ne montre jamais aucune émotion à l’idée de partir. Bien qu’il soit généreux envers les gens, comme lorsqu’il fait des cadeaux à ses sœurs et au capitaine, Crusoé révèle très peu d’affection tendre ou sincère dans ses relations avec eux. Quand Crusoé nous dit qu’il s’est marié et que sa femme est morte dans la même phrase, son indifférence à son égard semble presque cruelle. De plus, en tant que personnalité individuelle, Crusoé est plutôt terne. Son style de narration précis et impassible fonctionne bien pour raconter le processus de construction de canoë, mais il a tendance à drainer l’excitation d’événements qui devraient être passionnants. Des scènes pleines d’action comme la conquête des cannibales deviennent assez banales lorsque Crusoé les raconte, nous donnant un inventaire détaillé des cannibales sous forme de liste, par exemple. Son insistance sur les événements de datation a du sens jusqu’à un certain point, mais cela finit par paraître obsessionnel et hors de propos lorsqu’il nous dit la date à laquelle il broie ses outils mais néglige de nous dire la date d’un événement très important comme la réunion de vendredi. Peut-être que son envie d’enregistrer soigneusement les faits n’est pas une compétence de survie, mais un signe irritant de sa névrose. mais cela finit par paraître obsessionnel et hors de propos lorsqu’il nous dit la date à laquelle il broie ses outils mais néglige de nous indiquer la date d’un événement très important comme la réunion de vendredi. Peut-être que son envie d’enregistrer soigneusement les faits n’est pas une compétence de survie, mais un signe irritant de sa névrose. mais cela finit par paraître obsessionnel et hors de propos lorsqu’il nous dit la date à laquelle il broie ses outils mais néglige de nous indiquer la date d’un événement très important comme la réunion de vendredi. Peut-être que son envie d’enregistrer soigneusement les faits n’est pas une compétence de survie, mais un signe irritant de sa névrose.

Enfin, sans se vanter d’héroïsme, Crusoé est néanmoins très intéressé par les possessions, le pouvoir et le prestige. Quand il se fait appeler roi de l’île pour la première fois, cela semble plaisant, mais quand il décrit l’Espagnol comme son sujet, nous devons prendre son illusion royale au sérieux, car il semble qu’il se considère vraiment comme roi. Son enseignement vendredi pour l’appeler «Maître», avant même de lui apprendre les mots pour «oui» ou «non», semble odieux même selon les normes racistes de l’époque, comme si Crusoé avait besoin d’entendre le mot stimulant l’ego prononcé dès que possible. Dans l’ensemble, les vertus de Crusoé ont tendance à être privées: son industrie, sa débrouillardise et son courage solitaire en font un individu exemplaire. Mais ses vices sont sociaux et son envie de subjuguer les autres est hautement répréhensible. En réunissant les deux côtés en un seul personnage complexe.

Vendredi

Probablement le premier personnage non blanc à avoir une représentation réaliste, individualisée et humaine dans le roman, Vendredi a une énorme importance littéraire et culturelle. Si Crusoé représente le premier esprit colonial dans la fiction, alors Vendredi ne représente pas seulement un membre de la tribu des Caraïbes, mais tous les indigènes d’Amérique, d’Asie et d’Afrique qui seraient plus tard opprimés à l’ère de l’impérialisme européen. Au moment où Crusoé apprend Vendredi à l’appeler «Maître», Vendredi devient un symbole politique durable de l’injustice raciale dans un monde moderne critique de l’expansion impérialiste. Des réécritures récentes de l’histoire de Crusoé, comme l’ennemi de JM Coetzee et Vendredi de Michel Tournier, souligner les tristes conséquences de l’incapacité de Crusoé à comprendre Vendredi et suggérer comment le conte pourrait être raconté très différemment du point de vue de l’indigène.

Outre son importance pour notre culture, Vendredi est une figure clé dans le contexte du roman. À bien des égards, il est le personnage le plus dynamique de Robinson Crusoé, beaucoup plus charismatique et coloré que son maître. En effet, Defoe souligne parfois le contraste entre les personnalités de Crusoé et de vendredi, comme lorsque vendredi, dans ses joyeuses retrouvailles avec son père, manifeste beaucoup plus d’émotion envers sa famille que Crusoé. Alors que Crusoé ne mentionne jamais manquer sa famille ou rêve du bonheur de les revoir, vendredi saute et chante de joie quand il rencontre son père, et cette démonstration émotionnelle nous fait voir ce qui manque au cœur lourd de Crusoé. L’expression de loyauté de vendredi en demandant à Crusoé de le tuer plutôt que de le quitter est plus sincère que tout ce que Crusoé a jamais dit ou fait. Les questions sincères de vendredi à Crusoé sur le diable, auxquelles Crusoé ne répond qu’indirectement et avec hésitation, nous laissons nous demander si la connaissance de Crusoé du christianisme est superficielle et fragmentaire par rapport à la pleine compréhension de Vendredi de son propre dieu Benamuckee. En bref, l’exubérance et la franchise émotionnelle de Vendredi soulignent souvent la conventionalité en bois de la personnalité de Crusoé.

Malgré l’assujettissement de Vendredi, Crusoé apprécie beaucoup plus Vendredi qu’il ne le ferait un simple serviteur. Crusoé ne semble pas accorder beaucoup d’importance à l’intimité avec les humains, mais il dit qu’il aime Vendredi, ce qui est une révélation remarquable. C’est la seule fois où Crusoé fait un tel aveu dans le roman, car il n’exprime jamais d’amour pour ses parents, frères, sœurs ou même sa femme. Le simple fait qu’un Anglais avoue plus d’amour pour un ancien cannibale analphabète des Caraïbes que pour sa propre famille suggère l’attrait de la personnalité de Vendredi. Crusoé peut apporter le christianisme et les vêtements à Vendredi, mais Vendredi apporte à Crusoé une chaleur émotionnelle et une vitalité d’esprit qui manque au cœur européen de Crusoé.

Les autres personnages

Pour le capitaine portugais, la veuve, l’Espagnol et Xury, veuillez voir l’études des personnages de Robinson Crusoé


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *