La Troisième Période intermédiaire de l’Égypte antique

La troisième Période Intermédiaire de l’Egypte ancienne a commencé avec la mort du dernier pharaon du Nouvel Empire, Ramsès XI en 1070 avant notre ère, et s’est terminée avec le début de la période postdynastique. La troisième période intermédiaire a été marquée par le déclin et l’instabilité politique. Elle a été marquée par une division de l’État pendant une grande partie de la période, ainsi que par la conquête et la domination des étrangers. Cependant, de nombreux aspects de la vie des égyptiens ordinaires ont relativement peu changé.

La vingt-et-unième dynastie (v. 1077-943 AEC)

La période de la vingt et unième dynastie était caractérisée par la fracture de la royauté du pays. Même à l’époque de Ramsès XI, la vingtième dynastie égyptienne perdait son emprise sur le pouvoir dans la ville de Thèbes, où les prêtres devenaient de plus en plus puissants. Les prêtres d’Amon de Thèbes possédaient les 2/3 de toutes les terres du temple en Égypte, 90% des navires et de nombreuses autres ressources. En conséquence, les prêtres d’Amon étaient aussi puissants que le pharaon, voire davantage. Après la mort de Ramsès XI, son successeur, Smendès Ier, régit dans la ville de Tanis, mais ne fut principalement actif que dans la Basse-Égypte. Pendant ce temps, les grands prêtres d’Amon à Thèbes dirigeaient en réalité la Moyenne et Haute-Égypte. Pendant ce temps, cependant, cette division était relativement insignifiante, du fait que les prêtres et les pharaons venaient de la même famille.

Les vingt-deuxième (environ 943-716 avant notre ère) et  vingt-troisième (environ 880 à 720 avant notre ère) dynasties

Le pays a été fermement réuni par la vingt-deuxième dynastie, fondée par Shoshenq I vers 943 av. J.C. Shoshenq I est issu d’immigrants du Meshwesh originaires de la Libye ancienne. Cette unification a apporté la stabilité au pays pendant plus d’un siècle, mais après le règne d’Osorkon II, le pays s’était brisé en deux États. Shoshenq III de la vingt-deuxième dynastie contrôla la Basse-Égypte  tandis que Takelot II et son fils Osorkon (le futur Osorkon III) régnaient sur la Haute et la Moyenne Égypte. À Thèbes, une guerre civile a éclaté dans la ville entre les forces de Pétoubastis I, un pharaon autoproclamé. Osorkon B finit par vaincre ses ennemis et fonda la dynastie libyenne de Haute-Égypte d’Osorkon III, Takélot III et Roudamon. Ce royaume s’est rapidement fragmenté après la mort de Rudamun avec la montée des cités locales.

La vingt-quatrième dynastie (v. 732-720 av. J.-C.)

Le royaume nubien au sud tire pleinement parti de la division du pays. La Nubie avait déjà étendu son influence sur la ville égyptienne de Thèbes vers 752 avant notre ère, lorsque le souverain nubien Kachta contraignit Chepenoupet à adopter sa propre fille, Amenardis, comme successeur. Vingt ans plus tard, vers 732 av. J.-C., ces machinations portèrent leurs fruits pour la Nubie lorsque le successeur de Kachta, Piye, se dirigea vers le nord lors de sa campagne de vingtième année en Égypte, et vainquit la puissance combinée des souverains égyptiens.

La vingt-cinquième dynastie (environ 760-656 avant notre ère)

À la suite de ses conquêtes militaires, Piye fonda la vingt-cinquième dynastie et désigna les gouvernants défaits comme gouverneurs de province. Les dirigeants de cette dynastie sont originaires du royaume nubien de Koush. Leur réunification de la Basse-Égypte, de la Haute-Égypte et de Koush a créé le plus grand empire égyptien depuis le Nouvel Empire. Ils se sont assimilés à la culture égyptienne mais ont également apporté certains aspects de la culture koushite. Au cours de cette dynastie, la première construction généralisée de pyramides depuis le Moyen Empire a repris. Les Nubiens ont été chassés d’Égypte en 670 avant notre ère par les Assyriens, qui ont installé une première dynastie fantoche loyale aux Assyriens.

Fin de la Troisième Période Intermédiaire

La Haute-Égypte est restée sous le règne du Tanoutamon pendant un certain temps, tandis que la Basse-Égypte était gouvernée par la vingt-sixième dynastie, à compter de 664 av. J.C.  Bien qu’établie à l’origine comme cliente des Assyriens, la vingt-sixième dynastie a su tirer parti des difficultés de l’empire assyrien pour instaurer avec succès l’indépendance politique de l’Égypte. En 656 avant notre ère, Psammétique I (dernier des rois de la vingt-sixième dynastie) occupa Thèbes et devint pharaon, le roi de la Haute et de la Basse Égypte. Il a ensuite régné sur une Égypte unie pendant 54 ans à partir de sa capitale, à Sais. Quatre rois saïtes successifs ont continué à guider l’Égypte dans une période de paix et de prospérité de 610 à 525 av. Malheureusement pour cette dynastie, une nouvelle puissance se développait au Proche-Orient: la Perse. Le pharaon Psammétique III a succédé à son père, Ahmôsis II, Six mois seulement auparavant, il devait faire face à l’empire persan à Péluse. Le nouveau roi ne faisait pas le poids face aux Perses, qui avaient déjà pris Babylone. Psammétique III a été vaincu et s’est brièvement échappé à Memphis. Il fut finalement emprisonné puis exécuté à Suse, la capitale du roi perse Cambyse. Avec le roi Saïte executé, Camybyse a assumé le titre officiel de Pharaon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *