Londres ferme 500 églises et ouvre 423 nouvelles mosquées

L’islamisation rampante de Londres est presque terminée, avec des centaines de tribunaux officiels de la charia opérant dans la capitale, et l’ouverture de mosquées où des églises chrétiennes célèbres se sont tenues pendant des centaines d’années.

« Londres est plus islamique que de nombreux pays musulmans réunis », selon Maulana Syed Raza Rizvi, l’un des prêcheurs islamiques qui dirigent désormais le « Londonistan », nom donné à la capitale anglaise par la journaliste Melanie Phillips.
Non, Rizvi n’est pas un extrémiste de droite.

Quant à Wole Soyinka, lauréat du prix Nobel de littérature, le Royaume-Uni est « un cloaque pour les islamistes ».

« Les terroristes ne supportent pas le multiculturalisme londonien », a déclaré le maire de Londres, Sadiq Khan, après l’attentat terroriste meurtrier de Westminster l’année dernière. Le contraire est vrai: les multiculturalistes britanniques nourrissent le fondamentalisme islamique.

Aujourd’hui le Londonistan, avec ses 423 nouvelles mosquées, est construit sur les tristes ruines du christianisme anglais. Beaucoup d’églises chrétiennes emblématiques à Londres ont été converties en mosquées.

Selon un rapport de l’Institut Gatestone, la Hyatt United Church a été achetée par la communauté égyptienne pour être convertie en mosquée. L’église St Peter a été convertie en la mosquée de Madina. La mosquée Brick Lane a été construite sur une ancienne église méthodiste. Non seulement les bâtiments sont convertis, mais aussi les gens. Le nombre de convertis à l’Islam a doublé; souvent, ils embrassent l’islam radical, comme Khalid Masood, le terroriste qui a frappé Westminster.

Le Daily Mail a publié des photographies d’une église et d’une mosquée à quelques mètres l’une de l’autre au cœur de Londres. À l’église de San Giorgio, conçue pour accueillir 1230 fidèles, seulement 12 personnes se sont rassemblées pour célébrer la messe. À l’église de Santa Maria, il y en avait 20.

La mosquée voisine de Brune Street Estate a un problème différent: la surpopulation. Sa petite salle peut contenir seulement 100 personnes. Le vendredi, les fidèles doivent bloquer la rue pour prier. Compte tenu des tendances actuelles, le christianisme en Angleterre devient une relique, tandis que l’islam sera la religion de l’avenir.

À Birmingham, la deuxième plus grande ville britannique, où de nombreux djihadistes vivent et orchestrent leurs attaques, un minaret islamique domine le ciel. Il y a des pétitions pour permettre aux mosquées britanniques d’appeler les fidèles musulmans à la prière sur les haut-parleurs trois fois par jour.

D’ici à 2020, on estime que le nombre de musulmans assistant à la prière atteindra au moins 683 000, tandis que le nombre de chrétiens assistant à la messe hebdomadaire tombera à 679 000. « Le nouveau paysage culturel des villes anglaises est arrivé; le paysage chrétien homogénéisé de la religion d’état est en recul « , a déclaré Ceri Peach de l’Université d’Oxford. Alors que près de la moitié des musulmans britanniques ont moins de 25 ans, un quart des chrétiens ont plus de 65 ans. « Dans 20 ans, il y aura plus de musulmans actifs que de pratiquants », a déclaré Keith Porteous Wood, directeur de la Société.

Depuis 2001, 500 églises de Londres de toutes dénominations ont été transformées en maisons privées. Au cours de la même période, les mosquées britanniques ont proliféré. Entre 2012 et 2014, la proportion de Britanniques qui s’identifient comme anglicans est passée de 21% à 17%, soit une diminution de 1,7 million de personnes, alors que, selon un sondage réalisé par le respecté Institut de recherche sociale NatCen, le nombre de musulmans a augmenté de près d’un million. Les pratiquants diminuent à un rythme qui, en une génération, sera trois fois plus faible que celui des musulmans qui vont régulièrement à la mosquée le vendredi.

Démographiquement, la Grande-Bretagne a acquis un visage de plus en plus islamique, dans des endroits tels que Birmingham, Bradford, Derby, Dewsbury, Leeds, Leicester, Liverpool, Luton, Manchester, Sheffield, Waltham Forest et Tower Hamlets. En 2015, une étude a montré que Mohammed était le nom le plus commun en Angleterre, incluant des variantes orthographiques comme Muhammad et Mohammad.

Les villes les plus importantes ont d’énormes populations musulmanes: Manchester (15,8%), Birmingham (21,8%) et Bradford (24,7%). À Birmingham, la police vient de démanteler une cellule terroriste; il y a aussi une plus grande probabilité qu’un enfant naisse dans une famille musulmane que dans une famille chrétienne. A Bradford et Leicester, la moitié des enfants sont musulmans. Les musulmans n’ont pas besoin de devenir majoritaires au Royaume-Uni; ils ont juste besoin d’islamiser progressivement les villes les plus importantes. Le changement est déjà en cours. « Londonistan » n’est pas un cauchemar de la majorité musulmane; c’est un hybride culturel, démographique et religieux dans lequel le christianisme décline et l’islam avance.

6 000 musulmans font la prière dehors à Birmingham

 

Selon Innes Bowen, écrivant dans The Spectator, seulement deux des 1700 mosquées en Grande-Bretagne suivent aujourd’hui l’interprétation moderniste de l’Islam, contre 56% aux Etats-Unis. Les wahhabites contrôlent six pour cent des mosquées au Royaume-Uni, tandis que les fondamentalistes Deobandi contrôlent jusqu’à 45%. Selon un sondage du Centre de connaissances, un tiers des musulmans du Royaume-Uni ne se sentent pas «partie de la culture britannique».

Une opinion sur “Londres ferme 500 églises et ouvre 423 nouvelles mosquées

  1. Wendbe Judicael Kere

    Bonjour! Vraiment La Religion Ne Fait Que Devalué. Jesus Reviendra Un Trouvé Que Ces Fidèle Croyant Ont Êtez Blagué Pour Les Faux Histoires. Alors Chers Fères Et Sœur Repentez Vous Dès Qu’il Est Temps Pour N’est Regréter Un Jour Jesus Est Partie Chez Son Pour Nous Reservé La Plaçe Un Jour Il Reviendra Nous Chercher. Fière D’être Chretien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *