Manifestation ce vendredi en Palestine contre la décision de Trump : plus de 170 palestiniens victimes des balles de l’armée israélienne

Les médias ont fait état des affrontements entre les soldats israéliens et les Palestiniens qui étaient descendus dans la rue ce « vendredi de colère » pour protester contre la décision du président américain de reconnaître la ville sainte de Qods comme capitale d’Israël.

« Les soldats israéliens ont tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour disperser les manifestants palestiniens à Ramallah et au nord d’al-Khalil en Cisjordanie ; 5 civils palestiniens ont été blessés », a annoncé la chaîne al-Mayadeen.

Les forces de sécurité du régime israélien ont renforcé les mesures sécuritaires aujourd’hui 29 décembre, à l’occasion du quatrième « vendredi de colère » depuis l’annonce de Donald Trump sur le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Qods.

Les militaires israéliens ont également tiré des balles sur les manifestants palestiniens à Beit El, dans la province de Ramallah, a rapporté le correspondant de la chaîne al-Manar.

Le Croissant-Rouge palestinien vient d’annoncer que lors des affrontements de ce vendredi, plus de 170 Palestiniens ont été blessés par des balles des militaires israéliens.

« 133 Palestiniens ont été blessés en Cisjordanie et 40 autres dans la bande de Gaza », a annoncé le Croissant-Rouge palestinien.

Par ailleurs, ils ont arrêté une femme et un enfant palestiniens près de la porte de Damas, dans les territoires occupés.

Depuis trois semaines, les villes palestiniennes sont le théâtre de manifestations contre la décision de Trump de reconnaître Qods comme capitale d’Israël.

Depuis l’annonce de la décision de Trump, 15 Palestiniens ont été tués par des coups de feu des forces israéliennes et des dizaines d’autres ont été blessés.

Sahar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *