Résumé de Robinson Crusoé

Robinson Crusoé est un Anglais de la ville de York au XVIIe siècle, le plus jeune fils d’un marchand d’origine allemande. Encouragé par son père à étudier le droit, Crusoé exprime son souhait d’aller en mer à la place. Sa famille s’oppose à ce que Crusoé part en mer, et son père explique qu’il vaut mieux chercher une vie modeste et sûre pour soi. Au départ, Robinson s’est engagé à obéir à son père, mais il finit par succomber à la tentation et s’embarque sur un navire à destination de Londres avec un ami. Lorsqu’une tempête cause la mort imminente de Crusoé et de son ami, l’ami est dissuadé de voyager en mer, mais Crusoé continue de s’installer comme marchand sur un navire quittant Londres. Ce voyage est un succès financier, et Crusoé en planifie un autre, laissant ses premiers bénéfices aux soins d’une veuve amicale. Le deuxième voyage ne se révèle pas aussi heureux: le navire est saisi par des pirates maures et Crusoé est asservi à un potentat dans la ville nord-africaine de Sallee. Lors d’une expédition de pêche, lui et un garçon esclave se libèrent et naviguent sur la côte africaine. Un gentil capitaine portugais les ramasse, achète le garçon esclave à Crusoé et emmène Crusoé au Brésil. Au Brésil, Crusoé s’impose comme propriétaire de plantation et connaît rapidement du succès. Désireux du travail des esclaves et de ses avantages économiques, il se lance dans une expédition de collecte d’esclaves en Afrique de l’Ouest mais finit par faire naufrage au large des côtes de Trinidad. et emmène Crusoé au Brésil. Au Brésil, Crusoé s’impose comme propriétaire de plantation et connaît rapidement du succès. Avide de main-d’œuvre esclave et de ses avantages économiques, il se lance dans une expédition de collecte d’esclaves en Afrique de l’Ouest mais finit par faire naufrage au large des côtes de Trinidad. et emmène Crusoé au Brésil. Au Brésil, Crusoé s’impose comme propriétaire de plantation et connaît rapidement du succès. Désireux du travail des esclaves et de ses avantages économiques, il se lance dans une expédition de collecte d’esclaves en Afrique de l’Ouest mais finit par faire naufrage au large des côtes de Trinidad.

Crusoé apprend bientôt qu’il est le seul survivant de l’expédition et cherche un abri et de la nourriture pour lui-même. Il retourne douze fois sur les restes de l’épave pour récupérer des armes à feu, de la poudre, de la nourriture et d’autres objets. À terre, il trouve des chèvres qu’il peut brouter pour la viande et se construit un abri. Il dresse une croix qu’il inscrit avec la date de son arrivée, le 1er septembre 1659 , et fait une encoche tous les jours pour ne jamais perdre la notion du temps. Il tient également un journal de ses activités ménagères, notant ses tentatives de fabrication de bougies, sa découverte chanceuse de la germination du grain et sa construction d’une cave, entre autres événements. En juin 1660, il tombe malade et hallucine qu’un ange lui rend visite, l’avertissant de se repentir. En buvant du rhum imbibé de tabac, Crusoé fait l’expérience d’une illumination religieuse et se rend compte que Dieu l’a délivré de ses péchés antérieurs. Après s’être rétabli, Crusoé fait une étude de la région et découvre qu’il est sur une île. Il trouve une vallée agréable regorgeant de raisins, où il construit une retraite ombragée. Crusoé commence à se sentir plus optimiste quant à sa présence sur l’île, se décrivant comme son «roi». Il entraîne un perroquet de compagnie, prend une chèvre comme animal de compagnie et développe des compétences en vannerie, en pain et en poterie. Il abat un énorme cèdre et construit un énorme canot à partir de son tronc, mais il découvre qu’il ne peut pas le déplacer vers la mer. Après avoir construit un bateau plus petit, il rame autour de l’île mais périt presque lorsqu’il est emporté par un courant puissant. Atteindre le rivage, il entend son perroquet appeler son nom et est reconnaissant d’avoir été sauvé une fois de plus. Il passe plusieurs années en paix.

Un jour, Crusoé est choqué de découvrir l’empreinte d’un homme sur la plage. Il suppose d’abord que l’empreinte est celle du diable, puis décide qu’elle doit appartenir à l’un des cannibales censés vivre dans la région. Terrifié, il s’arme et reste à l’affût des cannibales. Il construit également une cave souterraine dans laquelle garder ses chèvres la nuit et conçoit un moyen de cuisiner sous terre. Un soir, il entend des coups de feu, et le lendemain, il peut voir un navire naufragé sur sa côte. Il est vide lorsqu’il arrive sur les lieux pour enquêter. Crusoé remercie encore une fois la Providence d’avoir été sauvée. Peu de temps après, Crusoé découvre que le rivage a été jonché de carnage humain, apparemment les restes d’un festin cannibale. Il est alarmé et continue d’être vigilant. Plus tard, Crusoé aperçoit trente cannibales se dirigeant vers le rivage avec leurs victimes. L’une des victimes est tuée. Un autre, attendant d’être massacré, se libère brusquement et court vers la demeure de Crusoé. Crusoé le protège, tuant l’un des poursuivants et blessant l’autre, que la victime tue finalement. Bien armé, Crusoé bat la plupart des cannibales à terre. La victime jure une soumission totale à Crusoé en remerciement pour sa libération. Crusoé le nomme vendredi, pour commémorer le jour où sa vie a été sauvée, et le prend comme son serviteur.

Trouvant vendredi joyeux et intelligent, Crusoé lui apprend quelques mots anglais et quelques concepts chrétiens élémentaires. Vendredi, à son tour, explique que les cannibales sont divisés en nations distinctes et qu’ils ne mangent que leurs ennemis. Vendredi informe également Crusoé que les cannibales ont sauvé les hommes du naufrage dont Crusoé a été témoin plus tôt, et que ces hommes, des Espagnols, vivent à proximité. Vendredi exprime le désir de retourner auprès de son peuple, et Crusoé est bouleversé à l’idée de perdre vendredi. Crusoé a alors l’idée de prendre contact avec les Espagnols, et vendredi admet qu’il préférerait mourir plutôt que de perdre Crusoé. Les deux construisent un bateau pour visiter ensemble la terre des cannibales. Avant de pouvoir partir, ils sont surpris par l’arrivée de vingt et un cannibales en pirogue. Les cannibales tiennent trois victimes, dont l’un est en costume européen. Vendredi et Crusoé tuent la plupart des cannibales et libèrent l’Européen, un Espagnol. Vendredi est ravi de découvrir qu’une autre des victimes secourues est son père. Les quatre hommes retournent au logement de Crusoé pour se nourrir et se reposer. Crusoé se prépare à les accueillir en permanence dans sa communauté. Il envoie le père de vendredi et l’Espagnol dans un canoë pour explorer les terres voisines.

Huit jours plus tard, la vue d’un navire anglais approchant sonne vendredi. Crusoé est méfiant. Vendredi et Crusoé regardent onze hommes emmener trois captifs à terre dans un bateau. Neuf des hommes explorent la terre, laissant deux pour garder les captifs. Vendredi et Crusoé maîtrisent ces hommes et libèrent les captifs, dont l’un est le capitaine du navire, qui a été pris dans une mutinerie. En criant aux mutins restants de différents points, Vendredi et Crusoé confondent et fatiguent les hommes en les faisant courir d’un endroit à l’autre. Finalement, ils affrontent les mutins, leur disant que tous peuvent s’échapper avec leur vie sauf le chef de file. Les hommes se rendent. Crusoé et le capitaine prétendent que l’île est un territoire impérial et que le gouverneur leur a épargné la vie pour les envoyer tous en Angleterre pour qu’ils soient jugés. Gardant cinq hommes en otages, Crusoé envoie les autres hommes saisir le navire. Lorsque le navire est ramené, Crusoé s’évanouit presque.

Le 19 décembre 1686, Crusoé monte à bord du navire pour retourner en Angleterre. Là, il trouve que sa famille est décédée à l’exception de deux sœurs. Son ami veuve a gardé l’argent de Crusoé en sécurité, et après avoir voyagé à Lisbonne, Crusoé apprend du capitaine portugais que ses plantations au Brésil ont été très rentables. Il s’arrange pour vendre ses terres brésiliennes. Méfiant des voyages en mer, Crusoé tente de rentrer en Angleterre par voie terrestre mais est menacé par le mauvais temps et les animaux sauvages dans le nord de l’Espagne. Enfin de retour en Angleterre, Crusoé apprend que la vente de ses plantations est terminée et qu’il a fait une fortune considérable. Après avoir fait don d’une partie à la veuve et à ses sœurs, Crusoé est agité et envisage de retourner au Brésil, mais il est dissuadé par l’idée qu’il devrait devenir catholique. Il se marie et sa femme meurt.1694 . Il revisite son île, constatant que les Espagnols la gouvernent bien et qu’elle est devenue une colonie prospère.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *