Culture harappéenne

La civilisation de la vallée de l’Indus est la plus ancienne culture connue du sous-continent indien du type maintenant appelé «urbaine» (ou centrée sur les grandes municipalités) et la plus grande des quatre civilisations anciennes, qui comprenait également l’Égypte, la Mésopotamie et la Chine. La société de la vallée de l’Indus a été datée de l’âge du bronze, de la période d’environ 3 300 à 1 300 av. J.C. Il était situé dans l’Inde et le Pakistan modernes, et couvrait une superficie aussi grande que l’Europe occidentale.

Harappa et Mohenjo-daro sont les deux grandes villes de la civilisation de la vallée de l’Indus, apparues vers 2600 avant notre ère le long de la vallée de l’Indus, dans les provinces du Sindh et du Pendjab au Pakistan. Leur découverte et leurs fouilles aux XIXe et XXe siècles ont fourni d’importantes données archéologiques sur la technologie, l’art, le commerce, les transports, l’écriture et la religion.

La Technologie

Les habitants de la vallée de l’Indus, également connue sous le nom de Harappéens ou harappiens (Harappa a été la première ville découverte par les archéologues dans la région), ont réalisé de nombreux progrès technologiques remarquables, notamment une grande précision dans leurs systèmes et outils de mesure de la longueur et de la masse.

Les Harappéens ont été parmi les premiers à développer un système de poids uniformes et de mesures conformes à une échelle successive. La plus petite division, d’environ 1,6 mm, a été marquée sur une échelle d’ivoire trouvée à Lothal, une ville importante de la vallée de l’Indus dans l’État indien moderne du Gujarat. Il s’agit de la plus petite division jamais enregistrée sur une échelle de l’âge du bronze. Une autre indication d’un système de mesure avancé est le fait que les briques utilisées pour construire les villes de l’Indus étaient de taille uniforme.

Harappa avait une architecture avancée avec des chantiers navals, des greniers, des entrepôts, des plateformes en briques et des murs de protection. Les anciens systèmes d’assainissement et de drainage de l’Indus développés et utilisés dans les villes de la région étaient bien plus avancés que ceux que l’on trouve dans les sites urbains contemporains du Moyen-Orient, et encore plus efficaces que ceux de nombreuses régions du Pakistan et de l’Inde.

On pensait que les harappénes maîtrisaient bien la sculpture du phoque, le découpage de motifs sur la face inférieure du phoque et utilisaient des sceaux distinctifs pour l’identification des biens et pour tamponner de l’argile sur des produits commerciaux. Les phoques sont l’un des artefacts les plus découverts dans les villes de la vallée de l’Indus, ornés de figures animales telles que des éléphants, des tigres et des buffles aquatiques.

Les harappéens développèrent également de nouvelles techniques de métallurgie – la science du travail du cuivre, du bronze, du plomb et de l’étain – et réalisa des travaux manuels complexes à l’aide de produits fabriqués à partir de la pierre précieuse semi-précieuse, la Cornaline.

Art

Les sites de fouilles de la vallée de l’Indus ont révélé un certain nombre d’exemples distincts de l’art de la culture, notamment des sculptures, des sceaux, de la poterie, des bijoux en or et des figurines anatomiquement détaillées en terre cuite, en bronze et en stéatite, plus communément appelées Stéatite.

Parmi les différentes figurines trouvées en or, en terre cuite et en pierre, une figure de «roi-prêtre» arborait une barbe et une robe à motifs. Une autre figurine en bronze, connue sous le nom de «fille dansante», mesure seulement 11 cm de haut et montre une figure féminine dans une pose qui suggère la présence d’une forme de danse chorégraphiée appréciée par les membres de la civilisation. Les œuvres en terre cuite comprenaient également des vaches, des ours, des singes et des chiens. Outre les figurines, on pense que les habitants de la vallée de l’Indus ont créé des colliers, des bracelets joncs et d’autres ornements.

Commerce et transport

L’économie de la civilisation semble avoir fortement dépendu du commerce, facilité par les avancées majeures de la technologie des transports. La civilisation Harappéenne a peut-être été la première à utiliser le transport sur roues, sous la forme de charrettes à bœufs identiques à celles que l’on voit aujourd’hui dans toute l’Asie du Sud. Il semble également qu’ils aient construit des bateaux et des embarcations – une affirmation corroborée par les découvertes archéologiques d’un immense canal de dragage et de ce qui est considéré comme une installation d’accostage dans la ville côtière de Lothal.

Les échanges se sont concentrés sur l’importation de matières premières devant être utilisées dans les ateliers de la ville de Harappa, notamment des minéraux d’Iran et d’Afghanistan, du plomb et du cuivre d’autres régions de l’Inde, du jade de Chine et du bois de cèdre descendant des rivières de l’Himalaya et du Cachemire. Les autres marchandises commerciales comprennent des pots en terre cuite, de l’or, de l’argent, des métaux, des perles, des silex pour la fabrication d’outils, des coquillages, des perles et des pierres précieuses de couleur, telles que le lapis-lazuli et la turquoise.

Il existait un vaste réseau de commerce maritime entre les civilisations harappéenne et mésopotamienne. Des sceaux et des bijoux de Harappa ont été trouvés sur des sites archéologiques situés dans des régions de la Mésopotamie, qui comprennent la majeure partie de l’Irak moderne, du Koweït et certaines régions de la Syrie. Le commerce maritime sur de grandes étendues d’eau, telles que la mer d’Arabie, la mer Rouge et le golfe Persique, est peut-être devenu réalisable avec le développement d’une embarcation en planches équipée d’un mât central unique supportant une voile de joncs tissés ou de tissu.

Entre 4300 et 3200 av. J.-C. de la période chalcolithique, également appelée l’âge du cuivre, la zone de la civilisation de la vallée de l’Indus présente des similitudes céramiques avec le sud du Turkménistan et le nord de l’Iran. Au début de la période de Harappa (environ 3200-2600 avant notre ère), des similitudes culturelles dans la poterie, les phoques, les figurines et les ornements documentent le commerce caravanier avec l’Asie centrale et le plateau iranien.

L’écriture

On pense que les Harappiens ont utilisé le script Indus, un langage composé de symboles. Une collection de textes écrits sur des tablettes d’argile et de pierre découverts à Harappa, datée de 3300 à 3200 av. J.-C., porte des marques en forme de trident et de type végétal. Ce script de l’Indus suggère que l’écriture s’est développée indépendamment dans la civilisation de la vallée de l’Indus à partir du script utilisé en Mésopotamie et dans l’Egypte ancienne.

Jusqu’à 600 symboles de l’Indus distincts ont été trouvés sur des sceaux, des petites tablettes, des pots en céramique et plus d’une douzaine d’autres matériaux. Les inscriptions typiques de l’Indus ne comportent pas plus de quatre ou cinq caractères, dont la plupart sont très petits. Le plus long sur une seule surface, qui mesure moins de 2,54 cm (1 pouce), mesure 17 signes. Les personnages sont en grande partie picturaux, mais comprennent de nombreux signes abstraits qui ne semblent pas avoir changé au fil du temps.

On pense que les inscriptions ont été principalement écrites de droite à gauche, mais on ignore si ce script constitue un langage complet. Sans une «pierre de Rosette» à utiliser comme comparaison avec d’autres systèmes d’écriture, les symboles sont restés indéchiffrables pour les linguistes et les archéologues.

Religion

La religion Harappéenne reste un sujet de spéculation. Il a été largement suggéré que les Harappéens adoraient une déesse mère qui symbolisait la fertilité. Contrairement aux civilisations égyptienne et mésopotamienne, la civilisation de la vallée de l’Indus semble avoir manqué de temples ou de palais qui témoignent clairement de rites religieux ou de divinités spécifiques. Certains phoques de la vallée de l’Indus présentent un symbole de croix gammée, qui a été inclus dans les religions indiennes ultérieures, notamment l’hindouisme, le bouddhisme et le jaïnisme.

De nombreux sceaux de la vallée de l’Indus incluent également des formes d’animaux, certains les représentant étant emportés dans des processions, d’autres montrant des créations chimériques, amenant ainsi les spécialistes à spéculer sur le rôle des animaux dans les religions de la vallée de l’Indus. Un sceau de Mohenjo-daro montre un monstre mi-humain, mi-buffle attaquant un tigre. Cela peut être une référence au mythe sumérien d’un monstre créé par Aruru, la déesse de la terre et de la fertilité sumériennes, pour combattre Gilgamesh, le héros d’un ancien poème épique mésopotamien. Ceci est une autre suggestion du commerce international de la culture Harappéene.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *