Résumé de la guerre de Cent ans

À l’adhésion du maison de Valois en 1328, la France était le royaume le plus puissant d’Europe . Son dirigeant pourrait rassembler des armées plus importantes que ses rivaux ailleurs. Il pouvait puiser dans d’énormes ressources fiscales, y compris des taxes autorisées par des papes sympathiques d’origine française; en dehors du domaine royal direct, il ne restait que quatre grands fiefs: les duchés d’Aquitaine, de Bretagne et de Bourgogne et le comté de Flandre; et les cours du roi continuèrent à faire pression pour une suprématie juridictionnelle qui se faisait sentir partout dans le royaume. Cependant, il ne s’ensuivit pas que les armées supérieures de la France combattraient mieux que ses adversaires ou que ses ressources ne seraient parfois pas dissipées ni utilisées. La France est restée un ensemble de provinces traditionnelles dont les peuples estimaient qu’un roi devait «vivre de son propre pays», tandis que le succès militaire continuait à dépendre du leadership personnel de dirigeants dynastiques dont les qualifications en tant que stratèges avaient été moins perfectionnées par l’expérience et les progrès institutionnels que par leurs compétences judiciaires ou compétence administrative. L’histoire de la France au XIVe siècle est dominée par les efforts de ses rois pour maintenir sa suzeraineté sur les Plantagenets d’Aquitaine, efforts qui, malgré les avantages français, ils ont longtemps été frustrés. Les souffrances infligées au royaume par un siècle de la guerre intermittente a été exacerbée par d’autres difficultés, notamment la peste noire dévastatrice de 1347-1350. Après plus de trois siècles généralement caractérisés par la paix, la prospérité et une population croissante, la France est entrée dans une période de troubles qui allait durer jusqu’au début des années 1700. La guerre en cours entre l’Angleterre et la France sera connue plus tard sous le nom de guerre de cent ans.

Guerre de cent ans, une lutte intermittente entre l’Angleterre et la France aux XIVe et XVe siècles sur une série de différends, dont la question de la succession légitime à la couronne française. La lutte a impliqué plusieurs générations de réclamants anglais et français de la couronne et a en fait occupé une période de plus de 100 ans. Par convention, on dit que cela a commencé en 1337 et s’est terminée en 1453, mais il y avait eu des disputes périodiques sur la question des fiefs anglais en France remontant au 12ème siècle.

Les légalités médiévales étaient telles qu’un roi pouvait être le vassal d’un autre roi si le premier avait hérité de titres en dehors de son propre royaume. C’est le cas des rois anglais depuis Guillaume Ier, qui, en tant que duc de Normandie, avait conquis l’Angleterre en 1066. Les alliances matrimoniales et les guerres avaient modifié la nature des titres anglais en France, mais, à la mort du roifrançais Charles IV en 1328, Edouard III d’Angleterre était également duc de Guyenne (région d’Aquitaine dans le sud-ouest de la France) et comte de Ponthieu (sur la Manche). De plus, étant donné que sa mère était la sœur de Charles IV et que Charles IV n’avait pas de fils, Édouard III se considérait comme un demandeur légitime du trône français. L’autre principal réclamant était le comte de Valois, petit-fils de Philippe III de France à travers une branche plus jeune de la famille.

Une assemblée française convoquée pour régler la question choisit le réclamant valois comme Philippe VI. Edward III sembla accepter la décision, mais quand Philippe VI, craignant le pouvoir d’un autre roi dans son royaume, manœuvra pour confisquer Guyenne en 1337, Édouard III renouvelle sa revendication du trône français et amène une armée à Flandre .

La guerre médiévale impliquait parfois des batailles rangées qui pourraient être décisives. Plus souvent, cependant, la guerre consistait en de longs et coûteux sièges menés contre d’importantes villes fortifiées. Bien que les armées anglaises d’Edouard III aient gardé à la fois Philippe VI (décédé en 1350) et son fils Jean II (1350–1364) sur la défensive, le développement de la zone d’occupation anglaise a été lent. Edward n’a pas réussi à appuyer sur l’avantage après sa victoire majeure à Crécy en 1346 pour assiéger la ville de Calais. Le fils d’Edouard III Edward le Prince Noir a même réussi à capturer Jean II à la victoire écrasante de Poitiers (1356). Cela a forcé les Français à essayer de trouver un accord. Les traités de Calais (1360) donna à Édouard III la pleine souveraineté sur les terres qu’il avait précédemment occupées en tant que vassal de Philippe VI. Cependant, lorsque Jean II mourut en captivité, dans l’attente de l’application de toutes les dispositions des traités, son fils Charles, couronné Charles Quint a refusé de respecter les traités et a rouvert le conflit. Cette fois, les Français mettent les Anglais sur la défensive jusqu’à la mort de Charles Quint, en 1380, qui freine la réduction du territoire anglais.

Après 1380, les deux pays étaient préoccupés par des luttes de pouvoir internes et la guerre tomba dans une paix incertaine. La possession de la Flandre reste la question en suspens. Le petit-fils d’Édouard III, Richard II, fut finalement déposé (1399) par un autre petit-fils, qui devint Henri IV. En France, les frères de Charles V se disputaient la question de savoir qui devait gérer les affaires d’État au nom de Charles VI, qui a souffert de crises de folie qui l’ont rendu incapable de gouverner.

Un des oncles de Charles VI, Philippe le Hardi, duc de Bourgogne, est décédé en 1404. Son fils et héritier, Jean sans peur, fit assassiner un cousin rival, Louis, duc d’Orléans, en 1407. La guerre civile éclata en France entre les Armagnacs (partisans d’Orléans et, plus tard, adhérents du dauphin Charles) et des Bourguignons. Le roi anglais, En 1413, Henri V, prenant le trône à la suite du décès de son père, décida de profiter de la discorde française pour faire campagne à nouveau en faveur des revendications anglaises sur la couronne française. Après l’ assassinat de Jean sans peur par les Armagnacs, Henri V trouva un allié qui est Philippe le Bon. En 1422, l’alliance anglo-bourguignonne contrôlait l’Aquitaine et toute la France au nord de la Loire, y compris Paris.

Puis la fortune anglaise a changé. Henry V est mort en 1422 ne laissant qu’un fils en bas âge. Quelques semaines plus tard, l’incapable Charles VI mourut, permettant à son fils Charles VII de monter sur le trône français. Le tournant de la guerre fut atteint en 1429, lorsque l’armée anglaise fut obligée de relever son siège d’Orléans par une force de secours organisée par Jeanne d’Arc. Bien que Joan ait été capturée par les Bourguignons, vendue aux Anglais, jugée et exécutée pour hérésie, Philippe le Bon finit par être convaincue que les Anglais ne pourraient jamais imposer leur autorité à une région aussi vaste que la France sans un soutien accru de la noblesse autochtone. Il changea donc de camp en 1435 et Paris redevint une autorité du roi de France. Charles VII conquis la Normandie et, profitant des luttes dynastiques internes liées aux guerres anglaises des Deux-Roses, pour conquérir l’Aquitaine vers 1453. L’Angleterre ne conserve que Calais, qu’elle abandonne en 1558.

Les historiens ont longtemps considéré la guerre de Cent ans comme un tournant dans le développement de la conscience nationale en Europe occidentale. Les Anglais, après leurs nombreux succès et frustrations, ont finalement été guéris de leur goût pour une intervention continentale et les monarques anglais se sont de plus en plus tournés vers les problèmes de développement interne. Le succès acharné de la maison des Valois dans l’obtention de la couronne de France a contribué à assurer que la France ne deviendrait pas un royaume de nom seulement, partagé entre de nombreux princes indépendants.

Durant cette guerre, il y a eu plusieurs batailles dont les plus importantes sont :

  • Bataille de L’Écluse (24 juin 1340)
  • Bataille de Crécy (26 août 1346)
  • Bataille de Neville’s Cross  (17 octobre 1346)
  • Combat des Trente (26 / 27 mars 1351)
  • Bataille de Poitiers (19 septembre 1356)
  • Grande Jacquerie ( mai 1358 – juin 1358)
  • La bataille d’Azincourt (25 octobre 1415)
  • Siège de Rouen (31 juillet 1418-19 janvier 1419)
  • Siège d’Orléans (12 octobre 1428 – 8 mai 1429)
  • Bataille de Formigny (le 15 avril 1450)
  • Bataille de Castillon  (17 juillet 1453)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *