Journée internationale d’action pour la santé des femmes 2019

En 1987, le 28 mai a été déclaré Journée d’action internationale pour la santé des femmes ou Journée internationale de la santé des femmes. Depuis lors, chaque année, cette journée est célébrée par les groupes de femmes et de santé. Le Réseau de santé des femmes d’Amérique latine et des Caraïbes (LACWHN) et le Réseau mondial de femmes pour les droits en matière de reproduction (WGNRR) travaillent ensemble pour assurer le succès de cette campagne.

L’objectif principal de cette journée est de sensibiliser l’opinion publique aux problèmes liés à la santé et au bien-être des femmes, tels que la santé et les droits sexuels et reproductifs. Cette journée est aussi une occasion de célébrer les acquis pour la santé des femmes et de rappeler aux ministères de la santé, aux présidents, aux gouverneurs, aux parlementaires, ainsi qu’aux agences internationales et aux entreprises à but lucratif leur engagement en faveur de la santé et des droits des femmes.

La Journée d’action pour la santé des femmes de 1993 a mis l’accent sur le nombre de décès dus à des avortements dangereux et illégaux. En Argentine, une campagne de signatures visant à soutenir la dépénalisation de l’avortement a mobilisé l’aide de plus de 100 citoyens influents. La campagne au Brésil a coïncidé avec l’introduction de réformes qui décriminaliseraient l’avortement. Au Chili, une campagne nationale a été lancée pour rétablir l’avortement thérapeutique. La journée a été commémorée en Colombie avec plusieurs événements en faveur de la dépénalisation de l’avortement. Au Costa Rica, les femmes ont exigé d’être traitées comme des sujets et non comme des objets de politique de santé, tandis que des activistes équatoriens ont passé la journée à distribuer un article analysant l’importance de la journée et à discuter des problèmes de santé des femmes équatoriennes, en particulier ceux liés au surmenage, et l’avortement illégal. Une nouvelle étude publiée au Mexique a révélé que quatre femmes meurent chaque jour de grossesse et de causes liées à l’accouchement (dont 40% sont les complications de l’avortement provoqué). Des activités nationales ont été organisées au Nicaragua, notamment des forums, des présentations de théâtre, des festivals et une marche des femmes. Un groupe de travailleurs s’est joint à la campagne au Pérou et les efforts déployés à Porto Rico ont été centrés sur la prévention et la survie du cancer du sein. Ailleurs dans le monde, un séminaire a eu lieu au Canada sur les mutilations génitales. Aux Philippines, une femme a lancé une campagne contre la « mortalité inutile », et un groupe espagnol a publié une publication analysant l’avortement dans le monde et discutant de l’introduction du RU-486 en Espagne.

Depuis 1987, la campagne a fourni aux défenseurs un espace pour identifier les lacunes dans le domaine de la santé des femmes et coordonner les appels à l’action. Les appels à l’action menés en collaboration ont porté sur un éventail de sujets, notamment l’accès aux soins de santé de qualité, l’accès à l’avortement sans risque et légal, les femmes et le VIH / SIDA, la violence à l’égard des femmes en tant qu’urgence sanitaire mondiale, et la santé sexuelle et reproductive des jeunes. La campagne est à la fois une célébration des progrès réalisés grâce aux efforts visant à améliorer la santé des femmes et un rappel du travail qui reste à faire.
Malheureusement, le droit des femmes à la santé, en particulier leur droit à la santé sexuelle et reproductive, continue d’être violé par divers acteurs. Les gouvernements, par exemple, violent le droit des femmes à la santé lorsqu’ils entravent leur accès aux services de santé sexuelle et procréative médicalement nécessaires. L’incapacité de rendre ces services disponibles et accessibles constitue en outre une violence institutionnelle (violence perpétrée par l’État) à l’égard des femmes et, dans certains cas, un traitement cruel, inhumain et dégradant. La violence institutionnelle est particulièrement dévastatrice pour les femmes marginalisées, telles que les femmes jeunes, célibataires, pauvres, minorités ethniques, raciales ou ethniques, infectées par le VIH, de différentes orientations sexuelles ou identités de genre, ou vivant avec un handicap.

La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR) incluent les droits suivants:

Droit à:

  • Recevoir des informations sur la sexualité
  • L’éducation sexuelle
  • Choisir leur partenaire
  • Prendre la décision d’être sexuellement actif ou non
  • Décider quand avoir des enfants
  • Utiliser des méthodes de contraception modernes
  • Accès aux soins de maternité
  • Un avortement sécurisé et soins post-avortement
  • Connaître la prévention, les soins et le traitement des maladies sexuellement transmissibles et des infections

Au cours des dernières années, divers problèmes liés à la santé et aux droits des femmes, notamment:

  • Établissements de soins de santé et de médicaments
  • Protéger les femmes contre les maladies sexuellement transmissibles telles que le VIH / sida
  • Compréhension sur les contraceptifs
  • Centre d’avortement sûr et légal
  • Amélioration du secteur de la santé et de la santé des femmes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *