Les personnages de Au Bonheur des Dames

Les personnages de Au Bonheur des Dames d’Emile Zola

Personnages principaux

Denise Baudu
Denise est une orpheline qui semble au premier abord banale – pâle, maigre et simple. Sa seule caractéristique attrayante est sa longue crinière de cheveux blonds épais. Lorsque l’histoire commence, elle a 20 ans et arrive sans emploi à Paris avec ses deux frères Pépé et Jean . Bien qu’elle soit jeune et timide, elle ressent tout de suite une attirance pour Au Bonheur des Dames , le grand magasin en face de chez son oncle Baudu, qui lui donne confiance et enthousiasme pour la vie. Lorsqu’elle commence à travailler au Au Bonheur des Dames, elle est victime d’intimidation sans pitié et a du mal à subvenir aux besoins financiers de sa famille. Pendant tout ce temps – et après avoir été brièvement licenciée et vivre dans une extrême pauvreté – elle garde un espoir courageux et refuse de prendre un amant ou de mener une vie sexuelle pour de l’argent. Sa timidité et sa simplicité se transforment lentement en une dignité et un charme qui touchent profondément Mouret et finissent par gagner tout le monde au Au Bonheur des Dames. De plus, elle a une intelligence et une aptitude pour les affaires modernes, parlant longuement du «développement naturel» des affaires et exprimant ses propres idées pour son avenir à sa famille et à Mouret. Elle éprouve de la pitié pour les petits commerçants, les Baudu, les Bourras et les Robineau- qui s’en tiennent obstinément à la tradition. Cependant, elle estime également que leur souffrance est nécessaire pour ouvrir la voie à l’avenir, réalisant que chaque changement exige des sacrifices. Si Denise fait le pont entre les commerçants traditionnels et le commerce moderne, elle n’arrive pas à réconcilier les commerçants avec la modernité et ainsi leur sauver la vie. Au lieu de cela, elle apporte des changements au Au Bonheur des Dames, ouvrant une école et une maternité pour les employés. Ces deux changements contribuent à créer plus de mobilité entre les rangs de classe et de sexe, permettant à la classe ouvrière de s’instruire et permettant aux femmes de faire partie de la classe ouvrière. Ainsi, Denise, bien que morale et réservée à l’ancienne, est aussi moderne dans sa défense du big business et de l’égalité.

Octave Mouret
Octave Mouret est le beau jeune propriétaire du Au Bonheur des Dames , le nouveau grand magasin de Paris. Il avait été un « aventurier » sans richesse ni relations familiales remarquables jusqu’à son mariage avec Madame Hédouin—l’ancien propriétaire du Au Bonheur des Dames. À la mort de Madame Hédouin (certains pensent que Mouret l’a tuée), Mouret a transformé Au Bonheur des Dames d’une petite boutique de draperie en le premier grand magasin de Paris. En tant que veuf, il mène une vie de célibataire promiscuité. Il agit également de manière imprudente dans ses affaires, dépensant tout son argent dans de nouveaux départements et biens pour attirer ses clients. Il explique que ce modèle commercial dangereux mais réussi vient de son amour pour la vie – son désir de souffrir, d’agir et de créer. Il fonde également son entreprise sur l’exploitation des «désirs universels» des femmes. Dans sa vie personnelle, Mouret est un coureur de jupons qui sait rendre les femmes obsédées par lui. De même, en affaires, il fait appel aux désirs féminins essentiellement pour piéger les femmes et les garder comme ses fidèles clientes. Lorsque Mouret se promène dans son magasin pour l’inspecter, il a l’impression que c’est une « machine » bien huilée ; il sent aussi que c’est un champ de bataille sur lequel les femmes sont vaincues. Mouret exploite aussi avec succèsLes affections de Madame Desforges afin de se rapprocher du baron Hartmann , un homme qui a le pouvoir de tirer parti des expansions commerciales de Mouret. Mais malgré sa confiance en sa capacité à contrôler les femmes, Bourdoncle – son assistant commercial – l’avertit que les femmes « auront leur revanche ». Cette vengeance se produit lorsque Mouret tombe amoureux de Denise, mais elle refuse son invitation à être sa maîtresse. Mouret tombe alors de sa position de pouvoir dans un sentiment d’impuissance dans lequel il se rend compte que son argent et son autorité sont inutiles puisqu’il ne peut pas avoir Denise. Après une longue lutte contre son orgueil, Mouret propose à Denise, réalisant que – dans ce cas – il peut acquérir ce qu’il veut en cédant plutôt qu’en conquérant. De cette façon, Mouret grandit au fil de l’histoire pour se rendre compte que son plus grand pouvoir n’est pas dans l’exploitation.

Baudu
Baudu est l’oncle de Denise et le propriétaire d’un petit magasin de draperie appelé le Vieil Elbeuf. Il est fidèle à ses pratiques commerciales traditionnelles, alors lorsque Au Bonheur des Dames commence à attirer des entreprises de l’autre côté de la rue, Baudu s’accroche à son magasin de draperies à l’ancienne. Il se joint à d’autres propriétaires de petites entreprises comme Bourras et Robineau en estimant qu’il est ridicule que le paradis des dames vende plus d’un bien. Il pense que le succès de Mouret est une illusion vouée à l’échec. Au début, lorsque le succès d’Au Bonheur des Dames est ténu, on ne sait pas si l’opinion de Baudu est rationnelle ou irrationnelle. Cependant, à mesure qu’Au Bonheur des Dames s’établit, la haine de Baudu à son égard devient plus fanatique. Sa haine obsessionnelle l’empêche de voir les conséquences non financières de son concours avec le Au Bonheur des Dames. Il ne remarque pas que Colomban est captivé par Au Bonheur des Dames et pense plutôt qu’il est une relique loyale et travailleuse de l’ancien temps. Aussi, il ne voit pas que Geneviève souffre de la déloyauté de Colomban. Il s’en tient à l’idée qu’il peut remettre le Vieil Elbeuf en règle pour Colomban et Geneviève, idée qui devient de plus en plus insensée au fur et à mesure des progrès. Lorsque Geneviève et Madame Baudu meurent et que le Vieil Elbeuf fait faillite, Baudu, trop gêné pour accepter l’offre de Denise d’un emploi Au Bonheur des Dames, se rend dans une maison de retraite.

Madame Baudu
Madame Baudu est la femme de Baudu . Elle est pâle et calme, et ces qualités augmentent à mesure que sa famille se rapproche de la faillite. Contrairement à son mari, Madame Baudu est sensible à la trahison de Colomban et à la souffrance de Geneviève . Après la mort de Geneviève, la santé de Madame Baudu se détériore rapidement. Elle décède après plusieurs semaines à rester immobile et à regarder Au Bonheur des Dames – l’ennemi de sa famille – à travers sa fenêtre.

Geneviève Baudu

Geneviève est la fille de Baudu . Elle est pâle et mince, avec une épaisse crinière de cheveux noirs. Selon la tradition, elle est fiancée depuis 10 ans au vendeur de son père, Colomban, qui reprendra la boutique de son père lorsqu’ils se marieront. Alors que Colomban est de plus en plus séduit par Clara Prunaire (qu’il aperçoit par la fenêtre de Au Bonheur des Dames d’en face), l’esprit de Geneviève commence à souffrir. Cela fait également souffrir sa santé, car elle devient si maigre et maladive que son corps ne ressemble plus à celui d’une femme. Peu de temps après la fugue de Colomban avec Clara, Geneviève décède et les commerçants locaux se rassemblent pour ses funérailles , un événement qui symbolise la mort de la petite entreprise.

Colomban

Colomban est le vendeur de Baudu et le fiancé de Geneviève. Baudu pense que Colomban est le dernier survivant des anciennes pratiques commerciales, loyales, laborieuses et traditionnelles. En réalité, Colomban convoite Clara Prunaire (qu’il aperçoit par la fenêtre d’en face au Bonheur des Dames ) et n’est pas sensible aux sacrifices que Baudu et Geneviève font pour lui. Colomban finit par s’enfuir avec Clara, suivant les traces de son père, qui menait une vie tristement célèbre de promiscuité.

Bourdoncle

Bourdoncle est le partenaire commercial de Mouret . Bourdoncle est plus intelligent et moins distrait que Mouret, mais il lui manque le génie qui fait de Mouret le véritable maître d’Au Bonheur des Dames. Mouret et Bourdoncle aiment tous deux exploiter les femmes, mais Bourdoncle va jusqu’à battre ses maîtresses parce qu’il considère les femmes comme des méchantes. Bourdoncle est plus conservateur en matière d’affaires que Mouret et l’avertit que les femmes que Mouret exploite avec sa tactique auront un jour « leur revanche ». En raison de cette croyance, Bourdoncle se méfie des sentiments de Mouret pour Denise et essaie de l’éloigner d’Au Bonheur des Dames. Cependant, alors que Mouret devient de plus en plus obsédé par Denise, Bourdoncle commence à imaginer la possibilité d’usurper la position de Mouret et encourage ainsi Mouret à épouser Denise. Cependant, Mouret décide finalement que Bourdoncle avait tort de considérer les femmes comme une menace pour les affaires. La décision de Mouret d’épouser Denise prouve doublement que l’opinion de Bourdoncle sur les femmes – que Mouret partageait en partie – était incomplète.

Madame Aurélie

Madame Aurélie est acheteuse au rayon dames d’Au Bonheur des Dames. Elle est robuste et majestueuse, avec un visage vieillissant qui ressemble à un ancien masque. Lorsque Denise arrive pour la première fois au Au Bonheur des Dames, Madame Aurélie est sévère avec elle. Elle fait partie de la « dynastie Lhomme », les successeurs de sa famille qui ont été puissants au Bonheur des Dames. Malgré son autorité, cependant, sa vie familiale fait défaut. Son mari Lhomme et son fils Albert ont peu ou pas de relations entre eux et passent du temps à poursuivre leurs propres intérêts. Les Lhomme rachètent Baudu, et Madame Aurélie y passe la plupart de son temps libre en compagnie d’autres femmes. Madame Aurélie utilise son prestige pour empêcher son fils d’être renvoyé pour ses innombrables erreurs, mais lorsqu’il est surpris en train d’aider et d’encourager des vols au Au Bonheur des Dames il est finalement renvoyé. Madame Aurélie le reconnaît en privé comme une conséquence de la mauvaise vie familiale des Lhomme. Dans sa crainte que la « dynastie Lhomme » ne s’effondre, Madame Aurélie devient affectueuse envers Denise dont elle se rend compte qu’elle a de l’emprise sur Mouret.

Bourras
Bourras est propriétaire d’une petite boutique de parapluies à côté du Au Bonheur des Dames . Il est vieux et fougueux, avec des cheveux et des sourcils blancs. Alors que Denise reste au-dessus de sa boutique lorsqu’elle n’a pas de travail, il lui parle du paradis des dames en sculptant des poignées de parapluie. Malgré sa personnalité abrasive, il affectionne Pépé et s’occupe de lui pendant que Denise travaille chez Robineau. Bourras méprise Au Bonheur des Dames et fait tout ce qu’il peut pour ne pas en être mis à la faillite. Bourras s’obstine jusqu’à sa propre mort, refusant de lâcher sa boutique pour les énormes sommes d’argent que Mouret lui offre. Mouret agrandit alors Au Bonheur des Dames autour de la boutique de Bourras, la rétrécissant et la rendant encore plus décrépite. Lorsque Bourras est conduit à la faillite et que Mouret rachète sa boutique pour la modique somme de 500 francs, la police est obligée d’évacuer physiquement Bourras de son magasin. Même une fois sans abri et en faillite, il refuse l’offre de Denise de l’aider. Son personnage illustre l’entêtement des petits commerçants à refuser de rompre avec la tradition.

Robineau

Robineau est l’acheteur du rayon soie au Au Bonheur des Dames . Après que son département ait conspiré contre lui, espérant usurper son emploi, il est viré par Mouret . Il va monter sa petite boutique de draperies avec l’argent de la famille de sa femme, Madame Robineau . Pour tenter de réussir, il s’associe à Gaujean et à d’autres propriétaires de petites entreprises de la région. Cependant, il fait rapidement faillite. Affolé d’avoir dilapidé l’argent de sa femme, Robineau tente de se suicider en se jetant sous un bus. Cependant, il ne se casse qu’une jambe, puis lui et sa femme – qui est alors enceinte – décident de se retirer à la campagne. Tout au long du roman, Robineau fait preuve d’une gentillesse sans précédent envers Denise, l’aidant d’abord à trouver un emploi au Au Bonheur des Dames, puis l’aidant à gagner un peu d’argent supplémentaire à côté, et enfin à l’employer dans son magasin de draperies lorsqu’elle est renvoyée de Au Bonheur des Dames.

Vinçard
Vinçard est l’un des commerçants indépendants qui partage la rue avec la draperie Baudu et le Paradis des dames . Il possède un atelier de fabrication de tissus, qu’il revend finalement à Robineau et à la femme de Robineau. Bien qu’il insiste sur le fait qu’il le fait parce qu’il est en mauvaise santé, Vinçard ouvre un restaurant après avoir vendu la boutique parce que l’activité de restauration est plus lucrative – et cela signifie qu’il n’a pas à rivaliser avec Au Bonheur des Dames.

Jean

Jean est le petit frère de Denise . Il est très beau, avec des traits délicats et féminins. Il vit et travaille dans un atelier de sculpture sur ivoire à Paris. Tout au long du roman, il cause beaucoup d’anxiété à Denise en ayant des aventures qui engendrent la jalousie et la colère des maris et des pères de ses maîtresses. Denise est obligée de lui donner son argent durement gagné pour étouffer ces affaires. A la fin du roman, il épouse Thérèse .

Pépé

Pépé est le frère cadet de Denise. Lorsque la fratrie arrive à Paris au début du Paradis des dames , Pépé a cinq ans. Pendant qu’elle travaille Au Bonheur des Dames, Denise garde Pépé dans une pension pour petits enfants. Finalement, elle l’envoie à l’école à Paris. A la fin du roman, Pépé a 12 ans.

Pauline
Pauline est vendeuse Au Bonheur des Dames. Elle se rapproche de Denise et tente de la convaincre de résoudre ses problèmes financiers en obtenant un amant pour la soutenir. Pauline elle-même a un amant, Baugé , et elle soutient que son style de vie sexuel n’est pas indécent. Après que Baugé ait commencé à travailler Au Bonheur des Dames, lui et Pauline se marient et Pauline tombe enceinte. Pauline craint d’être licenciée et tente de cacher sa grossesse, mettant ainsi son bébé en danger. Son sort pousse Denise à promulguer de nouvelles lois autorisant la grossesse chez les employées et ouvre une maternité Au Bonheur des Dames.

Clara Prunaire

Clara Prunaire est vendeuse au Au Bonheur des Dames . Elle a les cheveux roux et un visage « ressemblant à un cheval ». Elle mène une vie de promiscuité et ne se soucie pas des sentiments de qui que ce soit. Elle intimide Denise sans pitié et a une liaison avec Mouret après que Denise l’ait rejeté. Lorsqu’elle découvre que Colomban la convoite, elle décide de l’éloigner de Geneviève juste pour le plaisir, puis le rejette plus tard. Elle quitte finalement son emploi Au Bonheur des Dames; certaines personnes pensent qu’elle devient une prostituée.

Mme Desforges
Madame Desforges est une aristocrate veuve et la maîtresse de Mouret . Elle a 35 ans, mais, dans sa peur de vieillir et de perdre son attrait pour les hommes, elle prétend qu’elle n’a que 29 ans. Elle craint de plus en plus que Mouret ne s’intéresse qu’à elle parce qu’il veut se rapprocher du Baron Hartmann, son richissime bienfaiteur qu’elle persuade souvent de financer ses jeunes amants. Madame Desforges prétend qu’elle est au-dessus de Au Bonheur des Dames – un endroit où les femmes de la haute et de la basse classe font du shopping ensemble – mais va à chaque vente et fait des achats subreptices. Elle devient incroyablement jalouse lorsqu’elle découvre que Mouret a des sentiments pour Denise et met en scène une rencontre entre Mouret et Denise chez elle dans laquelle elle les embarrasse tous les deux. Cependant, elle s’embarrasse surtout et Mouret met fin à sa relation avec elle. Elle entame alors une relation avec Bouthemont et convainc Baron de financer son grand magasin, les Quatre Saisons. Pendant un certain temps, il semble probable que Madame Desforges sera la femme dont Bourdoncle prévient qu’elle obtiendra sa « vengeance » contre Mouret, mais elle ne revient qu’à ce qu’elle était au début – une femme qui finance les idées d’affaires des jeunes hommes pour les amener à coucher avec elle.

Mme de Boves

Madame de Boves – ou comtesse de Boves – est l’une des amies aristocratiques de Madame Desforges. Tout au long du roman, elle fréquente Au Bonheur des Dames mais prétend ne rien désirer assez pour l’acheter. Cependant, lors de la vente de blanc au Au Bonheur des Dames, Madame de Boves est surprise en train de bourrer sa manche de dentelle par Jouve. Il s’avère que Madame de Boves a pris l’habitude de voler dans la boutique, trouvant le vol perversement plus excitant car il met en péril son importante réputation.

Madame Marty

Madame Marty est l’une des amies de Madame Desforges et est la première des dames aristocratiques à commencer à faire du shopping au Au Bonheur des Dames . Tout au long du roman, elle et sa fille Valentine se montrent totalement incapables de résister aux appels de  Au Bonheur des Dames. Elle entre dans des fièvres de dépenses excessives, faisant de moins en moins d’excuses au fur et à mesure que l’histoire avance. Ses dépenses font que Monsieur Marty fait faillite et le plonge dans une crise de folie. Malgré cela, Madame Marty va vivre avec un oncle et continue de faire ses courses, dépensant vraisemblablement l’argent de l’oncle.

Monsieur Marty

Monsieur Marty est professeur et mari de Madame Marty . Les dépenses excessives de Madame Marty au Bonheur des Dames obligent Monsieur Marty à solliciter l’aide financière de Madame Desforges et à accepter des emplois d’enseignement louches qui compromettent son poste principal. Finalement, les habitudes de Madame Marty le poussent dans une crise de folie où il se comporte comme un tyran, et elle va vivre avec son oncle.

Baron Hartman

Le baron Hartmann travaille pour une grande coopérative de crédit à Paris. Il fait la connaissance de Mouret par l’intermédiaire de Madame Desforges , sa maîtresse et bienfaitrice. Par l’intermédiaire de la Caisse populaire, Baron possède la plupart des bâtiments d’une rue dans laquelle Mouret espère étendre Au Bonheur des Dames. Charmé par la passion juvénile de Mouret pour les affaires, Baron ouvre la voie au Au Bonheur des Dames pour occuper toute la rue. A la demande de Madame Desforges, Baron finance également le grand magasin de Bouthemont, les Quatre Saisons.

Vallagnosc

Vallagnosc est une connaissance de Madame Desforges et un ancien camarade de classe de Mouret. Tout au long de Au Bonheur des Dames, le tempérament et les convictions de Vallagnosc s’opposent à ceux de Mouret. Contrairement à Mouret, Vallagnosc a obtenu de bonnes notes à l’école et a poursuivi une vie universitaire. Cependant, en tant qu’adulte, il occupe un poste mineur au gouvernement et vit à la maison avec sa mère. Vallagnosc est pessimiste et ennuyé, estimant qu’il ne sert à rien de s’efforcer de faire quoi que ce soit quand la vie ne répond toujours pas à ses attentes. Il épouse Blanche dans le cadre d’un arrangement et sans s’intéresser à elle. Cependant, lorsque sa belle-mère Madame de Boves crée un scandale en cambriolantau Au Bonheur des Dames, Vallagnosc est gêné, ce qui prouve qu’il se soucie du malheur, c’est-à-dire quand il lui arrive.

Hutin
Hutin est vendeur au rayon soie de Au Bonheur des Dames. Denise a d’abord le béguin pour Hutin, le croyant gentil même s’il l’insulte dans son dos. Bien que Hutin dépense tout son salaire dans les bars et chez les filles, sa seule mission est de supplanter celles qui sont supérieures à lui dans son département afin qu’il puisse gravir les échelons. A cette fin, il conspire pour faire virer Robineau , puis Bouthemont . De cette façon, Hutin accède à la position d’acheteur, mais fait alors face à la perspective d’être renvoyé et remplacé par Favier.

Jouve
Jouve est le gardien de Au Bonheur des Dames, chargé d’attraper les clients en train de cambrioler le magasin et les employés se livrant à des affaires ou à des complots. Beaucoup de vendeuses l’évitent, sachant qu’il a invité des filles dans son appartement et les a agressées sexuellement dans le passé. A un moment, il coince Denise et tente de lui faire accepter une telle invitation.   Au Bonheur des Dames , il surprend Madame de Boves en train de voler dans le magasin.

Henri Deloche
Henri Deloche est vendeur au Au Bonheur des Dames qui postule en même temps que Denise . Lui et Denise deviennent amis et découvrent qu’ils ont grandi dans le même village rural. Deloche développe des sentiments pour Denise, mais elle ne le considère jamais que comme un ami. A la fin du roman, Deloche est viré pour incompétence.

Madame Hédouin

Madame Hédouin était la propriétaire originelle de Au Bonheur des Dames et la défunte épouse de Mouret . Beaucoup de gens, en particulier les ennemis de Mouret, croient que Mouret a tué Madame Hédouin en la poussant dans les fondations du nouveau bâtiment du Paradis des Dames, « en le tachant de son sang ». Cependant, son portrait est suspendu au-dessus du bureau de Mouret, et il le regarde souvent avec gratitude. Lorsque Mouret et Denise se retrouvent, le portrait de Madame Hédouin semble sourire d’approbation.

Bouthemont

Bouthemont est l’assistante acheteuse du rayon soie au Au Bonheur des Dames. Lorsque Hutin chasse Robineau de son poste d’acheteur, Bouthemont est promu acheteur . Quand Bouthemont ne vend pas assez de soie une année, Mouret le congédie aussi. Bouthemont consulte alors Madame Desforges , et elle persuade le baron Hartmann de financer le propre grand magasin de Bouthemont, les Quatre Saisons. Juste avant la grande vente de blanche Au Bonheur des Dames, le Quatre Saisons brûle, renvoyant tous ses clients potentiels au Au Bonheur des Dames.

Lhomme
Lhomme est le mari de Madame Aurélie . Il a un bras, mais il aime jouer du cor dans un groupe de musique de chambre. Il s’en remet à l’autorité de Madame Aurélie puisqu’elle gagne le salaire le plus élevé. A la fin de chaque vente au Au Bonheur des Dames , il apporte les sacs d’argent à Mouret et annonce la recette de la journée.

Personnages secondaires

Mme Robineau
Madame Robineau est la femme de Robineau . Elle ne comprend pas les affaires, mais soutient la tentative de son mari de créer une boutique de draperie prospère. Madame Robineau est enceinte lorsque Robineau fait faillite et décide d’abandonner complètement la petite entreprise.

Madame Guibal
Madame Guibal est une des amies de Madame Desforges . Elle s’engage dans une liaison au long cours avec Monsieur de Boves . En tant qu’acheteuse au Au Bonheur des Dames, elle aime profiter pleinement de la fonction de retour, acheter ce qu’elle veut et le retourner après l’avoir utilisé.

Favier
Favier est vendeur au rayon soie Au Bonheur des Dames. Il fait semblant d’être déférent envers Hutin , qui a tracé son chemin vers la position d’acheteur, mais sape vraiment Hutin pour sa position tout comme Hutin a sapé ceux qui l’ont précédé.

Mademoiselle Fontenailles
Mademoiselle Fontenailles est une protégée de Madame Desforges et travaille au Au Bonheur des Dames . Elle est orpheline mais a des ancêtres aristocratiques. Aussi, Madame Desforges est atterrée lorsque Mouret l’encourage à épouser un portier du Au Bonheur des Dames.

Marguerite
Marguerite est vendeuse au rayon dames du Au Bonheur des Dames. Elle est venue à l’origine à Paris pour dissimuler une grossesse accidentelle. Lorsque Denise arrive pour la première fois, Marguerite est méchante avec elle ainsi que les autres vendeuses, mais plus tard, lorsque Denise devient assistante acheteuse, Marguerite la défend.

Mignot
Mignot est vendeur de gants au Au Bonheur des Dames . Vers la fin de  Au Bonheur des Dames, il est renvoyé après avoir été surpris en train d’aider une cliente dans un vol en faisant semblant de l’aider à essayer des gants pendant qu’elle les fourre dans ses vêtements.

Gaujean
Gaujean est un fabricant de soie local. Il tente d’organiser un syndicat de petits commerçants à Paris, travaillant en étroite collaboration avec Robineau pour démarrer une petite entreprise de draperie, mais ne parvient pas à l’emporter contre les méthodes modernes efficaces de Au Bonheur des Dames.

Blanche
Blanche est la fille de Madame de Boves et de Monsieur de Boves . Ses parents s’arrangent pour qu’elle épouse Vallagnosc .

Valentin
Valentine est la fille de Madame Marty .

Baugé
Baugé est le petit ami de longue date de Pauline . Il finit par venir travailler au Au Bonheur des Dames, et lui et Pauline se marient et conçoivent un bébé.

Thérèse
Thérèse est la femme que Jean épouse vers la fin de Au Bonheur des Dames.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.